Monde

Israël se met d'accord avec des colons pour évacuer Avitar tant que leurs maisons restent intactes

- Selon l'accord, l'armée israélienne gardera l'avant-poste colonial d'Avitar

Abdel Ra'ouf D. A. R. Arnaout   | 01.07.2021
Israël se met d'accord avec des colons pour évacuer Avitar tant que leurs maisons restent intactes

Quds

AA / Jérusalem

Le gouvernement et les colons israéliens sont parvenus à un accord, ce jeudi, pour évacuer un avant-poste, dans le nord de la Cisjordanie, tout en gardant les maisons intactes.

La Société israélienne de radiodiffusion a déclaré : "Un compromis a été signé concernant l'évacuation de l'avant-poste de la colonie d'Avitar, selon lequel les résidents quitteront les lieux dans un délai expirant demain, vendredi à 16 heures, quant aux maisons, elles resteront intactes, vides et fermées, avec une présence constante de l'armée israélienne sur les lieux".

"Les services de sécurité travailleront pour régler le statut juridique de l'avant-poste illégal, dès que possible", a-t-elle ajouté.

L'armée israélienne avait décidé début juin de démolir l'avant-poste, car il était construit sur des terrains privés palestiniens, et sans l'aval de l'armée israélienne.

Les colons ont établi cet avant-poste au début du mois de mai 2021, au sud de Naplouse dans le nord de la Cisjordanie, dans un site appelé "Jabal Sabih".

À la suite de cela, les propriétaires palestiniens du terrain sur lequel se trouve l'avant-poste colonial, ont organisé des manifestations pour exiger l'évacuation des colons.

Au cours des manifestations, 4 Palestiniens ont été tués par les balles de l'armée israélienne et des centaines d’autres ont été blessés.

La Société israélienne de radiodiffusion a rapporté les propos des colons qui étaient de concert avec le gouvernement israélien pour "établir un point militaire afin de maintenir les bâtiments qui seront évacués en vertu de l'accord, jusqu'à ce qu'une décision finale soit prise à leur sujet".

Et d’ajouter que "l'intention tend vers l'établissement d’un institut religieux sur place".

Avant l'annonce de l'accord, le mouvement de gauche israélien, "La paix maintenant", a fait savoir dans une déclaration écrite, consultée par l'Agence Anadolu, qu’"un petit groupe de personnes crée des faits sur le terrain qui affectent grandement la sécurité et la politique étrangère d'Israël sans aucune autorité. Le nouveau gouvernement ne devrait pas accepter cela".

"Cet avant-poste doit être évacué, non seulement parce qu'il aggrave l'occupation des territoires palestiniens en Cisjordanie, mais parce qu'il nuit à la sécurité d'Israël et lèse la perspective d'une paix future pour Israël", a ajouté le mouvement.

Pour l’heure, n'y a eu aucun commentaire immédiat de la part des propriétaires des terrains, ou du gouvernement palestinien, à propos de cette décision.

"La paix maintenant" a précisé qu'il y a 135 avant-postes, qui ont été établis sans l'approbation du gouvernement israélien sur les territoires palestiniens en Cisjordanie.

D'autre part, il existe 132 colonies établies avec l'approbation du gouvernement israélien sur les territoires de Cisjordanie, dans lesquelles vivent plus de 450 000 colons israéliens.

Ce nombre n'inclut pas 13 colonies, qui, selon "La paix maintenant", sont construites sur les terrains à Jérusalem-Est et sont habitées par plus de 225 000 colons.

Alors que les colonies comprennent des maisons permanentes, des infrastructures et des services publics, de leur côté, les avant-postes ne se composent que de maisons mobiles.

* Traduit de l’arabe par Mounir Bennour.

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.