Monde

Israël: Naftali Bennett évoque la possibilité d’une attaque unilatérale contre l'Iran

- Le Premier ministre israélien a déclaré que les discours ne suffisent pas pour affronter Téhéran

Abdel Ra'ouf D. A. R. Arnaout   | 03.08.2021
Israël: Naftali Bennett évoque la possibilité d’une attaque unilatérale contre l'Iran

Quds

AA / Jérusalem

Le Premier ministre israélien Naftali Bennett n'a pas exclu, ce mardi, une "action unilatérale" d'Israël contre l'Iran.

Les déclarations de Naftali Bennett ont été tenues lors d'une visite du quartier général du district militaire nord de l’armée israélienne, accompagné du chef d'état-major Aviv Kohavi.

Bennett a déclaré, selon un communiqué publié par le bureau du Premier ministre israélien, examiné par l'Agence Anadolu, "Le temps de s’installer confortablement à Téhéran et d'enflammer tout le Moyen-Orient à partir de là est révolu. Nous œuvrons pour mobiliser le monde, mais en parallèle, nous savons aussi agir par nous-mêmes. L'Iran connait le prix que nous faisons payer lorsque quelqu'un menace notre sécurité".

Bennett a évoqué l'incident de l’attaque, menée jeudi dernier, contre le navire Mercer Street, propriété d'un homme d'affaires israélien, dans l'océan Indien, qui a fait deux morts parmi ses membres d'équipage.

À ce propos, Bennett a déclaré : “Immédiatement après l'attaque iranienne contre le navire, nous avons échangé nos renseignements avec nos amis aux États-Unis, au Royaume-Uni et dans d'autres pays. Personne ne doute de l'identité de la partie qui a instigué cet incident, mais nous avons fourni des preuves concluantes pour le confirmer“.

"Parallèlement à cela, et avec grand regret, un représentant de l'Union européenne a l'intention d'assister à la cérémonie d'investiture du nouveau président iranien, Ebrahim Raïssi", a-t-il ajouté.

“Raïssi est le président iranien le plus extrémiste à ce jour, et la compétition dans ce domaine est rude. Je déclare à l'Union européenne : il n'est pas possible de parler des droits de l'homme, et en même temps, honorer un meurtrier et un bourreau qui a liquidé des centaines d'opposants au régime iranien“.

L'Union européenne n'a pas annoncé sa participation à l’investiture de “Raïssi“.

Mais l'agence de presse semi-officielle iranienne Fars a cité lundi soir le journal américain "The Wall Street Journal", selon lequel l'Union déléguera Enrique Mora, le secrétaire général du Département des affaires étrangères de l'Union, pour assister à la cérémonie d'investiture.

Le guide suprême iranien, Ali Khamenei, a nommé ce mardi, Ebrahim Raïssi à la présidence du pays, succédant au président sortant Hassan Rohani.

* Traduit de l’arabe par Mounir Bennour.

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.