Monde

Israël envisage de construire 10 000 nouvelles unités coloniales à Jérusalem-Est

- Sur un terrain appartenant à l'aéroport international d'Al-Quds à Qalandia, au nord de la ville

Abdel Ra'ouf D. A. R. Arnaout   | 05.10.2021
Israël envisage de construire 10 000 nouvelles unités coloniales à Jérusalem-Est

Quds

AA / Jérusalem

Une chaîne de télévision hébraïque a révélé que les autorités israéliennes envisage de construire 10 000 unités coloniales dans la région de Qalandia, à Jérusalem-Est occupée.

"La municipalité israélienne de Jérusalem promeut la construction de 10 000 logements à l'aéroport abandonné d'Atarot", a déclaré la chaîne israélienne 13.

Le média n'a cependant pas donné plus de détails sur l'avancement du projet.

De son côté, la municipalité israélienne de Jérusalem n'a émis aucun commentaire à ce sujet.

Jusqu'en 1967 (la chute de la Cisjordanie sous occupation israélienne), l'aéroport international d'Al-Quds était le seul aéroport en Cisjordanie, avant qu'Israël ne s'en empare puis le ferme définitivement en 2000.

Khalil al-Tafkaji, directeur du département des cartes au sein de l'Association des études arabes, a affirmé qu'Israël compte établir une nouvelle colonie bâtie sur les terres de l'aéroport de Jérusalem, ou ce qui est connu localement sous le nom d'"aéroport de Qalandia".

Al-Tafkaji a ajouté, dans une précédente déclaration à l'Agence Anadolu, que l'aéroport accueillait des avions jusqu'à l'occupation israélienne en 1967, puis Israël l'a utilisé pour des vols intérieurs et procède ensuite à sa fermeture définitive en 2000.

En février 2020, le ministère israélien de la Construction et du Logement a soumis le plan au comité du district pour approbation.

Al-Tafakji a ainsi fait savoir que l'aéroport et ses terrains sont situés sur une superficie de 1 200 dunams (un dunam correspond à mille mètres carrés), notant que le projet de la nouvelle colonie est situé sur un terrain de 900 dunams.

A cet égard, l'organisation israélienne Peace Now a déclaré, dans un rapport examiné par l'Agence Anadolu, que "les autorités israéliennes considéraient la plus grande partie de la parcelle comme des terres de l'État, ce qui permet à Israël de construire la colonie sans avoir à confisquer la terre à ses propriétaires palestiniens".

Par ailleurs, "une grande partie du terrain est toujours considérée comme un terrain privé", selon le rapport.

Selon la même source, le plan comprend également la démolition de dizaines d'unités de logement palestiniennes, qui ont été construites dans la région, au fil des ans.

L'organisation israélienne a ainsi souligné dans ce sens que ''le plan se situe au cœur d'un continuum palestinien urbain qui s'étend de Ramallah, à travers les quartiers palestiniens annexés par Israël de Jérusalem-Est à Kafr Aqab et Qalandia, à Beit Hanina et Shuafat, qui sont habités par des centaines de milliers de des résidents palestiniens''.

D'après Al-Tafkaji, "la fermeture de l'aéroport d'Al-Quds par les autorités israéliennes rendra la création d'un Etat palestinien indépendant avec Jérusalem-Est pour capitale utopique".

"L'établissement de cette colonie est sorte de séparation concrète entre Jérusalem et Ramallah, après le mur qu'Israël a érigé dans la région", a-t-il mis en garde.

En plus de la zone où la colonie est censée être établie, il y a une grande zone industrielle israélienne appelée Atarot, qui a également été construite sur des terres palestiniennes.

*Traduit de l'arabe par Hajer Cherni

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın