Monde

Iran: des discussions « constructives » en cours avec l'Arabie saoudite pour parvenir à la paix au Yémen

-Le ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amir-Abdollahian, a déclaré également que Téhéran reviendrait « très bientôt » à la table des négociations pour relancer l'accord international de Vienne de 2015 sur son programme nucléaire.

Mennatallah H. H. M. Said A.   | 24.09.2021
Iran: des discussions « constructives » en cours avec l'Arabie saoudite pour parvenir à la paix au Yémen

İran

AA/Téhéran​​​​​​​

Le chef de la diplomatie iranienne, Hossein Amir-Abdollahian, a déclaré vendredi que son pays menait un dialogue « constructif » avec l'Arabie saoudite afin de parvenir à la paix au Yémen.

Abdollahian a ajouté, dans des déclarations à la presse depuis New York, qu'un « dialogue constructif est en cours avec les voisins de l'Iran, particulièrement avec l'Arabie saoudite, pour parvenir à une entente concernant le rôle des deux pays rivaux au Yémen et en Irak », rapporte l'agence de presse américaine « Bloomberg ».

Depuis près de 7 ans, le Yémen endure une guerre, qui a engendré la mort de 233 000 personnes. 80% de la population, soit environ 30 millions de personnes sont devenues dépendantes de l'aide pour survivre, dans la pire crise humanitaire au monde, selon les Nations Unies.

Depuis 2015, le voisin saoudien dirige une Coalition arabe qui mène des opérations militaires au Yémen pour soutenir les forces pro-gouvernementales, face aux Houthis soutenus par l’Iran et qui contrôlent plusieurs provinces dont la capitale Sanaa.

Le ministre iranien a déclaré en outre que son pays poursuivra « très bientôt » ses négociations avec les États-Unis et les puissances mondiales pour relancer l'accord nucléaire.

« Téhéran considère les négociations comme partie intégrante de la diplomatie, mais Washington continue d'envoyer des messages diplomatiques contradictoires », a-t-il déclaré.

S'exprimant en marge de l'Assemblée générale des Nations unies, le chef de la diplomatie iranienne a noté que les États-Unis « continuent de bloquer l'accès aux fonds iraniens dans les banques sud-coréennes et japonaises, qui peuvent être utilisés pour acheter des vaccins contre la Covid-19 ».

Le Président iranien Ebrahim Raïssi a exigé, lors de son discours devant l'Assemblée générale des Nations unies, la levée de « toutes les sanctions répressives » contre son pays, estimant que « les Etats-Unis utilisent les sanctions comme une nouvelle arme de guerre ».

De son côté, le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken a mis en garde, jeudi, contre les conséquences d’un progrès significatif que pourrait réaliser au fil des jours l’Iran dans son programme nucléaire, et qui serait irréversible même avec un retour aux termes de l'accord nucléaire ».

Cependant, a-t-il ajouté, lors d'une conférence de presse à New York, « l'accord nucléaire peut encore être sauvé, mais le temps presse ».

Six cycles de négociations ont eu lieu entre l'Iran et les grandes puissances internationales, à Vienne entre avril et juin derniers, pour tenter de relancer l'accord nucléaire.

Les Européens jouent le rôle de médiateur dans ces pourparlers.

Les négociations visent à ramener les États-Unis dans l'accord nucléaire et obliger l'Iran à respecter intégralement ses propres engagements internationaux prévus dans l'accord de 2015.

En mai 2018, Washington s'est retiré de l'accord nucléaire signé en 2015 entre l'Iran et le groupe (5 + 1), qui comprend la Russie, le Royaume-Uni, la Chine, les États-Unis, la France et l'Allemagne, et a imposé des sanctions économiques à Téhéran.


*Traduit de l’arabe par Majdi Ismail


Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.