Monde

Irak : 3 blessés suite au bombardement de l'ambassade américaine à Bagdad

Les blessés ont immédiatement été évacués par la partie américaine, selon une source de la police irakienne

Mourad Belhaj   | 27.01.2020
Irak : 3 blessés suite au bombardement de l'ambassade américaine à Bagdad

Baghdad

AA / Irak / Ali Jawad

Une source de la police irakienne a déclaré, lundi, que 3 personnes avaient été blessées, dimanche soir, à la suite d’une attaque au missile contre le bâtiment de l'ambassade américaine à Bagdad.

L’ambassade américaine a, à 5 reprises, essuyé des tirs de roquettes Katyusha, dont certaines sont tombées à l'intérieur de son enceinte, provoquant l'incendie d'un restaurant, selon une source de sécurité, et un tweet de l'ancien ministre des Affaires étrangères Hoshyar Zebari.

La source sécuritaire a ajouté, sous couvert d'anonymat, que "l’attaque, qui a visé le bâtiment de l'ambassade américaine et ses dépendances, a fait trois blessés, qui ont immédiatement été évacués par la partie américaine".

La nationalité des blessés et la gravité de leurs blessures n’ont pas été précisées par la source, qui a expliqué que "les forces américaines chargées de protéger l'ambassade ont fermé toutes les routes menant à celle-ci et ont imposé des mesures de sécurité strictes après l'attaque".

Le chef du gouvernement intérimaire irakien, Adel Abdel-Mahdi, a condamné l'attaque contre l'ambassade américaine et a déclaré avoir ordonné de poursuivre les responsables et de les traduire en justice.

Abdel-Mahdi a averti que "la poursuite de ce comportement unilatéral et irresponsable fait porter ses conséquences et ses graves répercussions à l'ensemble du pays et nuit à ses intérêts supérieurs et à ses relations avec ses amis, conduisant l'Irak à devenir un champ de bataille".

Et d’ajouter : "Le gouvernement affirme qu'il est déterminé à protéger toutes les missions diplomatiques et à prendre toutes les mesures nécessaires pour y parvenir, conformément à la loi".

Il s'agit de la cinquième attaque de ce type depuis l'assassinat, le 3 janvier de cette année, du commandant de la "Force al-Quds" iranienne, Qassem Soleimani et du chef du "Hachd al-Chaabi" irakien, Abu Mahdi Al-Mohandes, lors d'une frappe aérienne américaine près de l'aéroport de Bagdad.

Washington accuse les brigades irakiennes du "Hezbollah", financées et entraînées par l'Iran, d'être à l'origine des attaques de missiles contre l'ambassade et les bases militaires irakiennes hébergeant des soldats américains.

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.