Monde

France : Macron demande « pardon » aux harkis

- La France « a manqué à ses devoirs envers les harkis, leurs femmes, leurs enfant », selon le président français.

Lassaad Ben Ahmed   | 20.09.2021
France : Macron demande « pardon » aux harkis

France

AA / Nice / Feïza Ben Mohamed

Le président français Emmanuel Macron a demandé "pardon" aux harkis, "combattants ayant subi les camps, la prison et le déni", au cours d’un discours tenu lundi matin depuis l’Elysée où il recevait 300 représentants de ces ancien supplétifs algériens de l’armée française.

Il estime que la France « a manqué à ses devoirs envers les harkis, leurs femmes, leurs enfant ».

Le chef de l’Etat a, par ailleurs, annoncé que l’exécutif « portera avant la fin de l'année un projet visant à inscrire dans le marbre des lois, la reconnaissance et la réparation à l'égard des harkis ».

« Aux combattants, je veux dire notre reconnaissance; nous n'oublierons pas. Je demande pardon, nous n'oublierons pas », a-t-il lancé, assurant que « l’honneur des harkis doit être gravé dans la mémoire nationale ».

Selon lui, les harkis ont subi « un abandon de la république française » qui s’est rendue coupable « d’un manquement à elle-même, à ce qu’elle veut être, et doit être ».

Il regrette que la France leur ait « lâché la main et tourné le dos » et n’ait pas « été fidèle ni à son histoire ni à ses valeurs ».

À noter que dès 2018, par décret paru au Journal Officiel, le président français Emmanuel Macron avait élevé une vingtaine de harkis dans l’ordre de la légion d’honneur.

Le 25 septembre de la même année, à l’occasion de la journée nationale d’hommages aux harkis, la secrétaire d’Etat Geneviève Darrieussecq avait annoncé un « plan harkis », mobilisant une enveloppe de 40 millions d’euros sur quatre ans et reconnaissant que « la République a manqué à son devoir de protection envers ceux qui lui avaient fait confiance ».

Pour rappel, les harkis, supplétifs de l’armée Française, se sont battus pour que l’Algérie demeure française mais se sont ensuite retrouvés abandonnés, dans des camps, livrés à eux-mêmes, sans aucune reconnaissance ni statut après leur arrivée en France.

Ils sont ainsi plus de 60 000 Algériens, à avoir acquis la nationalité française avant d’être littéralement oubliés par le gouvernement sur fond de racisme.

Dans un ouvrage consacré à l’histoire des harkis, l’écrivain et journaliste Pierre Daum, rapporte une phrase cinglante du Général De Gaulle qui déclarait que « harkis ou pas harkis, ce sont des musulmans et la France, qui est un pays chrétien, n’est pas faite pour accueillir des musulmans », laissant présager le pire.

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın