Monde

France: la police au cœur d’un nouveau scandale

- Après le passage à tabac d’un homme.

Lassaad Ben Ahmed   | 26.11.2020
France: la police au cœur d’un nouveau scandale PARIS, FRANCE ( Julien Mattia - Anadolu Agency )

France

AA/Nice/Feïza Ben Mohamed

L’Inspection Générale de la Police Nationale (IGPN) a été saisie grâce à la présence d’images de vidéosurveillance, montrant des fonctionnaires de police tabasser un homme, sans aucune raison apparente, a-t-on appris jeudi de sources concordantes.

Les policiers avaient initialement déposé plainte contre leur victime, elle-même placée en garde à vue pendant 48 heures, injustement accusée de les avoir agressés.

C’est une nouvelle affaire de violences policières qui éclate au grand jour grâce à la diffusion d'images par le média en ligne "Loopsider".

La séquence, dure plusieurs minutes et atteste de la violence inouïe avec laquelle Michel, producteur de musique, a été frappé, et injurié en raison de sa couleur de peau noire.

Il reçoit, selon "Loopsider", « plus d’une vingtaine de coups de poing et plus d’une quinzaine de coups de matraque » sur le visage.

Il est ensuite étranglé et les trois policiers lui assènent des coups de genoux.

Aidé par des personnes présentes, Michel réussit à repousser ses agresseurs vers l’extérieur, mais, en utilisant une grenade de désencerclement, ils rentrent dans les lieux pas effraction.

Michel est alors braqué avec des armes à feu, et sommé de sortir, avant d’être interpellé (là encore avec une violence inouïe) par plusieurs policiers venus en renfort de leurs collègues.

La victime et son avocate maître Hafida El Ali, ont indiqué au cours d’un point presse donné ce jeudi en début d’après-midi, déposer plainte, notamment pour « violences avec armes par personnes dépositaires de l’ordre public ».

« Je me félicite que l’IGPN ait été saisie par la justice dès mardi », a, pour sa part, réagi le ministre de l’intérieur Gérald Darmanin, indiquant avoir demandé « au préfet de police de suspendre à titre conservatoire les policiers concernés » et demandant « que la procédure disciplinaire puisse être conduite dans les plus brefs délais ».

Ces faits sont révélés trois jours après la violente chasse aux exilés, survenue en plein Paris et qui avait ému la France entière, lundi soir, après la diffusion d’images montrant la police se livrer à des violences sur des demandeurs d’asile et des journalistes.

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın