Monde

France : l’historien Benjamin Stora préconise d’honorer la mémoire des morts de la guerre d’Algérie

-Dans un rapport remis au président Emmanuel Macron ce mercredi.

1 23   | 20.01.2021
France : l’historien Benjamin Stora préconise d’honorer la mémoire des morts de la guerre d’Algérie

France

A/Nice/Feïza Ben Mohamed

L’historien Benjamin Stora, recommande à l’Elysée, d’honorer la mémoire des morts de la guerre d’Algérie, dans un rapport remis au président Emmanuel Macron ce mercredi.

Le rapport commandé par le chef de l’Etat à Benjamin Stora était très attendu et formule près d’une trentaine de propositions destinées à apaiser les relations entre la France et l’Algérie.

Emmanuel Macron avait expressément demandé à l’historien de « dresser un état des lieux juste et précis du chemin accompli en France sur la mémoire de la colonisation et de la guerre d'Algérie ».

Après des mois de recherches, Benjamin Stora a remis ce mercredi le dit rapport au président.

Il comporte un large volet relatif à la mémoire historique, et préconise notamment de multiplier les commémorations, en mentionnant par exemple le 17 octobre 1961, terrible nuit de répression dans les rues parisiennes où des dizaines d’algériens sont morts noyés dans la Seine.

Benjamin Stora souhaite la création d’une commission « mémoires et vérités » qui pourrait donner la parole à des survivants de la guerre d’Algérie et recueillerait leurs témoignages.

Le rapport invite ensuite la France à honorer la mémoire de figures de cette terrible guerre.

Sont notamment mentionnés l’Emir Abdelkader, à qui il propose de rendre hommage en consacrant une stèle, et en restituant son épée à l’Algérie.

Il est également proposé de créer un « guide des disparus » retraçant le parcours de ceux qui sont tombés et qui répertorierait les lieux de leurs exécutions.

Pour illustrer sa préconisation, Benjamin Stora évoque notamment l’avocat Ali Boumendjel, militant du FLN, assassiné en 1957 durant "la Bataille d’Alger".

Selon l’historien, cette initiative permettrait à Alger d’accélérer le travail déjà entamé pour identifier et localiser les corps de ses morts, afin de les rapatrier sur son territoire.

L’auteur du rapport, plaide par ailleurs pour un renforcement de la coopération entre les deux pays.

Pour ce faire, il est recommandé aux autorités françaises de poursuivre les recherches scientifiques visant à identifier les restes et ossements humains d’algériens conservés jusqu’à présent au Muséum d’histoire naturelle.

Benjamin Stora consacre également une partie de son rapport à la question de l’enseignement de la colonisation à l’école.

Il estime que les faits commis doivent être enseignés aux élèves de lycées, y compris dans les sections d’enseignements professionnels.

Le rapport considère également que la France doit nommer des rues au noms de personnalités issues de l’immigration.

Enfin, Benjamin Stora invite l’Elysée à faire entrer l’avocate et fervente opposante à la guerre d’Algérie, Gisèle Halimi, décédée en juillet 2020, au Panthéon.

Dans un communiqué publié par l’Elysée avant même la réception du rapport, la présidence française indiquait qu’il « n’est pas question de présenter d’excuses » mais de « réconcilier les mémoires ».

Cette initiative d’Emmanuel Macron s’inscrit dans la continuité d’une travail mémoriel voulu durant son quinquennat.

En juillet dernier, la France avait à titre d’exemple, restitué 24 crânes de résistants algériens opposés à la colonisation et entreposés au musée de l’Homme.

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın