Monde

France : Georges Abdallah, le plus ancien détenu politique d'Europe, croupit toujours en prison

- Il est libérable depuis 1999

Fatma Bendhaou   | 29.05.2021
France : Georges Abdallah, le plus ancien détenu politique d'Europe, croupit toujours en prison

France


AA/Paris/Fatih Karakaya

Le 29 mai, , un documentaire, projeté au cinéma Luminor à Paris, dans le cadre du Festival Ciné-Palestine, retrace l’enquête de la condamnation de Georges Ibrahim Abdallah, le plus ancien prisonnier politique d'Europe, détenu en France depuis 36 ans.

En effet, Georges Ibrahim Abdallah est un prisonnier politique libanais qui a consacré sa vie à la défense des droits des Palestiniens. Bien qu’il soit chrétien, le militant communiste paye un prix fort son engagement pour la libération de la Palestine.

Né le 2 avril 1951 à Kobayat au Liban, il devient instituteur en 1972 dans un village de la plaine de la Bekaa où il enseignera jusqu’en 1979.

Mais, il se fait surtout remarquer par son engagement, dès 1971, dans les rangs du Front populaire pour la libération de la Palestine (FPLP), une organisation marxiste-léniniste palestinienne. Par la suite, il quitte le FPLP pour fonder les Fractions armées révolutionnaires libanaises (FARL) dès 1978.


Début d’un calvaire de 36 ans en France

En 1984, Georges Abdallah est arrêté en France pour détention de faux papiers. Alors que ce délit ne devrait valoir qu’une peine minime, sa libération est repoussée par plusieurs vagues d’attentats entre 1985 et 1986 qui secouent la France. En effet, un certain Comité de solidarité avec les prisonniers politiques arabes et du Proche-Orient (CSPPA) revendique les attentats pour forcer la France à arrêter de soutenir l’Irak face à l’Iran et exige en même temps la libération de Georges Abdallah.

Selon le documentaire « Fedayin, le combat de Georges Abdallah », Charles Pasqua, ministre de l’Intérieur de l’époque « n’hésitera pas à imputer la responsabilité à Robert et Maurice Abdallah, frères de Georges alors qu’ils n’ont jamais quitté le Liban ».

C’est alors dans ce contexte que des nouveaux chefs d’inculpations sont reprochées à Abdallah, notamment l’assassinat de Charles Ray, attaché militaire de l’ambassade des États-Unis, et de Yacov Barsimentov, membre israélien du Mossad, à Paris en 1982.

Bien qu’il rejette toutes les accusations, lors de son procès en 1987, le procureur requiert 10 ans de prison ferme pour « complicité d’homicide », alors que le juge le condamne à la perpétuité. Malgré cet acharnement judiciaire, qu’il subira d’ailleurs tout au long de sa vie, Georges Abdallah ne cessera jamais de manifester sa solidarité pour la Palestine et les 7000 prisonniers politiques dans les geôles israéliennes.


Prisonnier politique

C’est ainsi que, dans les ténèbres des geôles françaises, il n’y aura pas que la correction des malfrats et les prisonniers du droit commun. Il y aura aussi des détenus dont l’incarcération renferme des dimensions politiques et où la justice est «utilisée» non pas pour régler une affaire d’Etat, mais simplement pour obéir aux exigences diplomatiques et stratégiques en fonction de rapports de forces, souvent injustes, surtout lorsqu’Israël est impliqué. ​​​​​​​

En effet, le cas de Georges Abdallah est un cas emblématique de cette justice « sous pression ». Comme le rappelle le documentaire le « Fédayin » qui veut dire le sacrifié, Georges peut prétendre à une libération conditionnelle depuis 1999, mais l'acharnement continue de prévaloir contre cet homme. « Dès novembre 2003, la justice va autoriser sa libération, mais les gouvernements successifs sous la pression israélo-américaine vont s'opposer et bloquer sa libération».


Sous pression étrangère, la France refuse la libération

En effet, le dernier ministre qui a refusé de signer son arrêté d'expulsion vers le Liban a été Manuel Valls. «Son statut d’otage d’une politique de complicité et d’allégeance avec les États-Unis et Israël n’est plus mis en doute», explique d’ailleurs le site d’information Orient XXI.

Alors que les juges d’application des peines acceptent sa libération conditionnelle, Manuel Valls, alors ministre de l’Intérieur en 2013, refuse de signer son arrêté d’expulsion vers le Liban.

Dans un livre paru en 1987, Jean-Paul Mazurier, le premier avocat de Georges Abdallah, publie un livre confession dans lequel, il explique comment « il a trahi son client en prenant contact avec les renseignements français ». Malgré ce scandale, le procès ne sera jamais remis en cause.

D’ailleurs, le 30 décembre 2011, dans un entretien accordé à France 24, Yves Bonnet, directeur de la DST au moment de l'arrestation, évoque le rôle joué par les États-Unis et Israël dans le maintien en détention de Georges Ibrahim Abdallah.

Par la suite, Jacques Vergès, nouvel avocat d’Abdallah, décédé depuis, expliquera en mai 2012, au « Monde Diplomatique » que « le gouvernement des États-Unis oppose un veto intolérable à sa libération ».

De même, toujours dans un article d’août 2020, le journaliste Pierres Carles, explique dans le « Monde Diplomatique » que Laurent Fabius, ministre français des Affaires étrangères « a reçu un appel de son homologue américaine Hillary Clinton en personne, qui lui demande de ne pas rendre la liberté à Georges Ibrahim Abdallah ». D’après Carles, Fabius « reste réceptif à la demande américaine et c’est alors que Manuel Valls refuse de signer son extradition ».


Malgré les soutiens, la France reste inflexible

Chaque année, au mois d’octobre, à la date d’anniversaire d’incarcération d’Abdallah, des centaines de personnes se ressemblent à la maison d’arrêt de Lannemezan, dans les Hautes-Pyrénées (Sud) pour apporter leur soutien et lui rappeler qu’il n’est pas seul.

En février 2012, le Premier ministre libanais, Najib Mikati, en visite à Paris, demandait aux autorités françaises la libération de ce compatriote qu'il qualifiait de « prisonnier politique ». Mais, la France reste plus sensible aux exigences israéliennes et américaines plutôt que libanaises alors que le président français, Emmanuel Macron, attache une importance particulière aux relations avec le Liban. D’ailleurs il s’implique personnellement dans la reconstruction du pays depuis que les crises politiques rendent le pays ingouvernable entraînant une crise économique sans précédent.

Outre ces manifestations régulières d’autres avaient eu lieu à l’étranger. La dernière grande manifestation datait ainsi du 14 juillet 2019 devant l’ambassade de France à Beyrouth des milliers de personnes réclamaient la libération du militant de la cause palestinienne.

Enfin, d’autres personnalités connues pour leur engagement en faveur des droits humains se préoccupent aussi particulièrement du sort réservé à Georges Abdallah. C’est le cas de la militante américaine Angela Davis, de l'auteur et dessinateur Jacques Tardi, mais aussi de plusieurs intellectuels comme Nacira Guenif-Souilamas, Saïd Bouamama, Françoise Vergès, Panagiotis Sotiris, Julien Salingue, Pierre Tevanian et d'artistes comme Médine, Billie Brelok, Première Ligne et Dominique Grange.

De plus, Abdallah est déclaré citoyen d’honneur de plusieurs villes françaises comme Calonne Ricouart, Grenaye et Bagnolet.






Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın