Monde

France : Des migrants en situation irrégulière mènent le combat de survie dans un parking

- Des migrants en situation irrégulière, dont des familles avec enfants, séjournent depuis des mois sur un parking à Pantin, une banlieue de la capitale française, Paris.

Esra Taşkın   | 26.04.2022
France : Des migrants en situation irrégulière mènent le combat de survie dans un parking

Ile-de-France

AA / Paris

Environ 150 à 200 migrants en situation irrégulière, pour la plupart afghans et originaires de pays comme l'Iran et le Maroc, tentent de survivre dans un parking transformé en camp de migrants à Pantin, une banlieue de Paris. Ils s'y sont retrouvés après être passés par de nombreux pays, avec l'aide d'organisations non gouvernementales.

Environ 90 tentes ont été installés dans ce "camp" pour migrants irréguliers, qui accueille de nombreux migrants dont trois familles avec enfants.

Dans cet environnement, les ordures débordent des poubelles, les vêtements sont accrochés à la clôture entourant le parking, il n'existe que quatre toilettes mobiles et il n'y a pas de place pour prendre une douche. Pour se chauffer, les migrants allument un feu dans une poubelle.

Des patrouilles de police font des descentes quotidiennes pour surveiller le parking et obtenir des images.

Zeki, un Afghan de 24 ans, a déclaré avoir quitté son pays il y a 4 ans, avoir travaillé à Istanbul pendant 3 ans, puis traversé de nombreux pays des Balkans et être arrivé en France il y a 2 jours.

Il a affirmé avoir rencontré des migrants irréguliers arrivés en France depuis 3 mois et n'ayant bénéficié d'aucune aide de l'État. Il envisage désormais de quitter la France pour échapper à cette situation.

Certains migrants irréguliers veulent quitter la France et préfèrent des pays comme l'Allemagne et l'Italie qui eux les prennent en charge.

Zeki a révélé que les migrants irréguliers dont les empreintes digitales ont été relevées dans d'autres pays européens sont expulsés à leur arrivée en France.

Un autre immigrant irrégulier d'origine afghane, Inayatullah, séjourne dans le parking depuis 2 mois, qui accueille au moins 200 personnes. À son arrivée, il y avait à peine 50 à 60 personnes, a-t-il dit.

Inayatullah a décrié les conditions d'hygiène difficiles dans le camps, précisant qu'il n'existe pas d'endroit où les gens peuvent prendre une douche. "Nous allons à un endroit éloigné 1 à 2 fois par semaine pour prendre une douche. C'est comme ça que la vie continue", a-t-il indiqué.

Pendant le mois de Ramadan, a-t-il ajouté, ils mangent des repas froids.

"Nous sommes généralement aidés par des centimes de la société civile et de la nourriture distribuée. L'État ne fournit que de petites sommes d'argent à certaines personnes", a-t-il confié.

Selon lui, cette aide financière n'est pas fournie aux personnes ayant déjà été expulsées de France, notant que probablement une personne sur deux dans le camp ne peut pas en bénéficier.

Un autre migrant en situation irrégulière, qui n'a pas souhaité révélé son identité, a également déclaré que des membres des médias s'étaient auparavant rendus sur les lieux, mais depuis lors aucune mesure n'a été prise pour améliorer les conditions de vie.

Il a jugé inhumaines les conditions dans lesquelles ils évoluent.

Fin 2021, dans la capitale Paris, un groupe de migrants, comprenant des familles avec enfants et des enfants non accompagnés, se retrouvait sous des tentes par temps froid dans un tunnel pendant des semaines.


* Traduit du turc par Alex Sinhan Bogmis

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın