Monde

France : Criblés de dettes, un frère et une sœur se laissent mourir de faim (Médias)

- Le journal « Le Parisien » a rapporté, mardi, l'événement tragique survenu à Lens, dans le nord du pays

Fatma Bendhaou   | 19.05.2021
France : Criblés de dettes, un frère et une sœur se laissent mourir de faim (Médias)

France


AA / Paris / Ümit Dönmez

Un frère et une sœur, âgés respectivement de 65 et 54 ans, ont été retrouvés morts dans leur domicile à Lens (Pas-de-Calais), au début du mois de mai, après avoir cessé de s'alimenter, selon l'information rapportée mardi, par le quotidien français « Le Parisien ».

« Francis et Karine Lampin sont morts de faim et de soif », précise Thierry Dran, le procureur de la République de Béthune. Ils se sont laissés mourir », rapporte le journal français relatant le récit accablant d'une famille surendettée et « désespérée ».

Selon le quotidien ayant mené l'enquête, le grand frère était « handicapé mental » alors que sa petite sœur souffrait « également de problèmes de santé ». La famille vivait dans la même maison depuis plusieurs années et subsistait notamment grâce aux aides sociales, selon « Le Parisien ».

« La mort brutale de [leur sœur] Claudine, emportée par une crise cardiaque en septembre 2020, chamboule ce fragile équilibre », rapporte le journal relatant la tragédie d'une famille « également traumatisée par des événements », tels que l'assassinat d'un frère en 1995, « dans des conditions atroces pour un motif crapuleux ».

« Ils ont commencé à avoir peur de tout », avance Alain (le prénom a été changé), un membre de la fratrie », rapporte encore le journal citant également Donata Hochart, la maire de Fouquières-lez-Lens précisant que « Cette famille n’était pas connue de nos services ».

« Comment peut-on mourir de faim en 2021 ? », demande la maire choquée.

« Un dernier élément pourrait avoir précipité la bascule fatale », énonce Le Parisien précisant que « Francis et Karine étaient tombés dans la spirale du surendettement, criblés de crédits à la consommation ».

Selon un rapport publié en avril dernier par l'Institut National de la Statistique et des Études Économiques (INSEE), « avec 18,0 % de la population vivant sous le seuil de pauvreté en 2018, soit plus d’un million d’habitants, les Hauts‑de‑France sont la région de France métropolitaine la plus exposée à la pauvreté après la Corse (18,5 %). ».

L'INSEE rapporte également que 540 600 personnes, soit 9,4 % de la population de la région constituant la « proportion la plus élevée des régions françaises », vivent dans ce qui est présenté comme le « halo de pauvreté », soit à un niveau légèrement au-dessus du seuil de pauvreté.

Mercredi dernier, le Conseil national de lutte contre la précarité et l’exclusion sociale (CNLE) a remis un rapport au Premier ministre, Jean Castex, le rapport faisant état d'une « démultiplication de la pauvreté en France », suite à la crise sanitaire et économique de la Covid-19.


Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın