Monde

France/Affaire Karachi : Deux ans de prison avec sursis pour Léotard, Balladur relaxé

- Les deux anciens dirigeants étaient jugés pour des soupçons de financement occulte de la campagne présidentielle de Balladur en 1995.

Fatma Bendhaou   | 04.03.2021
France/Affaire Karachi : Deux ans de prison avec sursis pour Léotard, Balladur relaxé

France

AA/Nice/Feïza Ben Mohamed

L’ancien premier ministre Édouard Balladur a été relaxé dans le cadre de l’affaire Karachi, tandis que son ancien ministre François Léotard est condamné à deux ans de prison avec sursis et 100 mille euros d’amende, a-t-on appris jeudi de sources concordantes.

La peine infligée à Léotard est conforme aux réquisitions du parquet, mais ce dernier n’a pas été suivi s’agissant de l’ancien chef du gouvernement, pour qui il préconisait un an de prison avec sursis assorti d’une amende de 50 mille euros.

Les deux anciens dirigeants étaient jugés pour des soupçons de financement occulte de la campagne présidentielle d’Edouard Balladur en 1995.

La Cour de Justice de la République, seul organe habilité à juger des ministres pour des faits intervenus durant l’exercice de leurs fonctions, a rendu ce jeudi une décision très attendu, trois jours après la condamnation de Nicolas Sarkozy dans l’affaire dite « des écoutes ».

Si la justice a balayé les accusations qui visaient Balladur, son ancien ministre a été reconnu coupable de complicité d’abus de biens sociaux.

Cité par BFMTV, l’ex-rival de Jacques Chirac, s’est réjoui de son acquittement par la voie de son avocat, saluant une « décision extrêmement motivée ».

La Cour a en effet estimé dans son arrêt que n’était « pas rapportée la preuve de l'existence d'instructions données en connaissance de cause par M. Balladur ».

Pour rappel, les deux accusés étaient soupçonnés d’avoir organisé un système de rétrocommissions concernant des contrats d’armement entre l’Arabie Saoudite et le Pakistan, visant à financer la campagne présidentielle d’Edouard Balladur.

Les éléments tendant à démontrer un financement occulte ont été découverts à partir de 2010, dans le cadre de l’enquête sur l’attentat de Karachi, qui a coûté la vie à onze employés français de la Direction des constructions navales.

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.