Monde

France / Affaire Benalla : Les auditions reprennent mercredi

- Alexandre Benalla a accepté, mardi soir, de livrer son témoignage devant la commission d’enquête du Sénat

Lassaad Ben Ahmed   | 12.09.2018
France / Affaire Benalla : Les auditions reprennent mercredi

France

AA / Tunis

Les auditions par le Sénat français dans le cadre de l’affaire Benalla reprennent mercredi après une coupure depuis début août, ont rapporté les médias français.

Selon le programme relayé par les médias, c’est au tour de François-Xavier Lauch, chef de cabinet d’Emmanuel Macron, d’Eric Bio-Farina, commandant militaire de l’Elysée et de Maxence Creusat, commissaire de police à la direction de l’ordre public et de la circulation de la préfecture de police de Paris de livrer leurs témoignages dans cette affaire.

Alexandre Benalla, ex-chargé de mission dans le cabinet du président français Emmanuel Macron, a fini, mardi soir, par accepter de comparaître devant la commission d’enquête du Sénat après avoir refusé initialement.

Ce refus, selon « L’obs », pouvait lui coûter deux ans d’emprisonnement et 7500 euros d’amende.

L’affaire remonte au 1er mai 2018, lorsque ce proche collaborateur d’Emmanuel Macron a agressé deux personnes lors des manifestations, alors qu’il n’avait pas le droit d’intervenir.

Il avait été autorisé juste d’y assister en tant qu’observateur.

Selon l’Elysée, il avait été déjà sanctionné administrativement pour ce dépassement. Cependant, suite aux révélations du journal Le Monde sur cette affaire, mi-juillet, cette agression a pris l’envergure d’une affaire d’Etat.

Alexandre Benalla, avait usé de sa position et ses bonnes relations avec la police pour se procurer les vidéos montrant l’agression.

Suite à ce nouveau dépassement, Benalla s’est fait virer de l’Elysée, mais l’opposition et une grande partie de la classe politique française ont dénoncé un disfonctionnement des institutions et une remise en question de l’Etat de droit.

Du coup, une enquête judiciaire a été ouverte et une commission parlementaire ad hoc a été mise en place pour auditionner tous les intervenants dans cette affaire, y compris, les membres du gouvernement concernés, des responsables sécuritaires et des hauts fonctionnaires de l’Etat et de l’Elysée.

L’image du Président et de son gouvernement a, ainsi été sérieusement entachée. Sa popularité a chuté en septembre à son niveau le plus bas depuis son élection en mai 2017, soit 23%, selon des sondages.

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın