Monde

Explosion du port de Beyrouth : le juge Fadi Sawan dessaisi du dossier de l’enquête

- Après un recours en justice déposé par deux anciens ministres accusés dans cette affaire, pour démettre le juge Fadi Sawan de l’enquête et transférer le dossier de l’affaire à un autre magistrat, selon l'agence de presse officielle libanaise (ANI).

Majdi Ismail   | 18.02.2021
Explosion du port de Beyrouth : le juge Fadi Sawan dessaisi du dossier de l’enquête

Lebanon

AA/ Beyrouth

La justice libanaise a décidé jeudi de dessaisir le juge Fadi Sawan, de l’enquête sur l'affaire de l'explosion du port de Beyrouth, et de transférer le dossier à un autre magistrat.

L’explosion du port de Beyrouth survenue le 4 août 2020, a fait environ 200 morts et 6 000 blessés, et plus de 300 000 personnes sans-abri, ainsi que des dégâts matériels conséquents, selon les estimations officielles.

L'agence de presse officielle libanaise (NNA, Officiel) a déclaré que la Cour de cassation (chargé de l’examen des grandes affaires) avait accepté un recours en justice déposé par deux anciens ministres, celui des Finances en la personne de Ali Hassan Khalil et des Travaux publics, Ghazi Zeaïter, pour destituer le juge Sawan de l'affaire.

La même source a ajouté que la Cour de cassation avait décidé de transférer le dossier à un autre juge, qui serait nommé ultérieurement.

Khalil et Zeaïter, (qui sont aujourd’hui deux élus du mouvement Amal au parlement) ont porté plainte contre le juge Sawan, quelques jours après qu'il les a accusés le 10 décembre de « négligence et de manquement ayant causé le décès d’innocents ».

Les deux députés accusent Sawan d’avoir « violé la Constitution » en inculpant deux parlementaires en activité bénéficiant de l'immunité parlementaire.

Sawan a également porté les mêmes accusations à l’encontre du chef du gouvernement chargé d’expédier les affaires courantes, Hassan Diab, et de l'ancien ministre des Travaux publics, Youssef Fenianos.

Selon les détails de la décision de la Cour de cassation, les deux principaux motifs de la destitution du juge Sawan dudit dossier, résident dans « l’existence d’un intérêt personnel» pour le juge en question dans cette affaire, en raison des dommages causés à son domicile à la suite de l'explosion du port, et le second serait lié à sa « déclaration illégale », selon laquelle il ne va pas s’empêcher d'accuser qui que ce soit «même s'il bénéficie de l’immunité».

À la date du 7 novembre, le Conseil de la magistrature du Liban a annoncé qu'au total 28 personnes avaient été mises en examen dans le cadre de l'enquête sur l'explosion du port, dont 3 par contumace parce qu'elles n'étaient pas présentes dans le pays.

Le Liban est en proie à une forte polarisation politique et endure une crise économique qui est la pire depuis la guerre civile (1975-1990), exacerbée par les répercussions de la pandémie du coronavirus et l'explosion catastrophique du port de Beyrouth.

*Traduit de l’arabe par Majdi Ismail

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın