Monde, Sante

Covid-19 : Le Nigeria confirme avoir enregistré ses premiers cas de la variante Omicron

- Trois personnes arrivées d'Afrique du Sud la semaine dernière ont été testées positives à la nouvelle variante, selon le Centre nigérian de contrôle des maladies (CNCM)

Ekip   | 01.12.2021
Covid-19 : Le Nigeria confirme avoir enregistré ses premiers cas de la variante Omicron

Kano

AA / Kano, Nigeria / Ibrahim Garba Shuaibu

Le Nigeria, le pays le plus peuplé du continent africain, a confirmé avoir enregistré les premiers cas de la variante Omicron, rejoignant ainsi le nombre croissant de pays où cette nouvelle variante a été détectée.

Trois personnes arrivées d'Afrique du Sud au cours de la semaine écoulée ont été testées positives à la nouvelle variante du coronavirus, a déclaré, mercredi, le Centre nigérian de contrôle des maladies (CNCM) dans un communiqué.

Les trois patients sont asymptomatiques et les autorités ont commencé à retracer tous ceux qui ont été en contact avec eux.

"Le Centre national de contrôle des maladies présume que l'Omicron s'est propagé dans le monde entier, compte tenu du nombre croissant de pays qui signalent cette variante. Par conséquent, il s'agit de savoir quand, et non pas si, nous identifierons d'autres cas", peut-on lire dans le communiqué.

Le Nigeria a déjà fait l'objet d'une surveillance internationale accrue en tant que foyer potentiel de la variante Omicron.

Le Canada a annoncé, mardi, qu'il interdirait l'entrée sur son territoire aux étrangers ayant transité par le Nigeria, tandis que la Corée du Sud a indiqué qu'elle effectuait des tests de séquençage génétique sur un couple originaire du Nigeria afin de déterminer s'il avait été infecté par la variante Omicron.

Le CNCM a fait savoir que le Nigéria intensifiait ses mesures de santé publique et avait révisé ses recommandations aux voyageurs afin d'obliger toutes les personnes quittant le pays à présenter une preuve de vaccination complète ou un test Covid-19 négatif effectué au plus tard 48 heures avant le départ.

L'émergence de la variante Omicron a déclenché une panique mondiale, les pays se précipitant pour fermer les frontières et renforcer les mesures de restriction.

Le Brésil et le Japon sont les derniers pays à avoir signalé des cas de cette variante, qui, selon de nouvelles études, était présente en Europe environ une semaine avant d'être identifiée par des scientifiques en Afrique du Sud.

Alors que plusieurs pays ferment leurs frontières à plusieurs nations africaines, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a prévenu que ces mesures ne suffiront pas à enrayer la propagation de la nouvelle variante.

"Les interdictions généralisées de voyager n'empêcheront pas la propagation à l'échelle planétaire, et elles portent gravement atteinte aux vies des gens et à leurs moyens de subsistance. Elles peuvent en outre avoir un impact négatif sur les efforts mondiaux en matière de santé pendant la pandémie, en dissuadant les pays de signaler et de partager les données épidémiologiques et de séquençage", peut-on lire dans un communiqué de l'OMS, publié mardi.

Pour l'organisation internationale, "toute mesure de réduction des risques liés aux voyages doit s'inscrire dans une stratégie générale de réponse à l'échelle nationale."


*Traduit de l’Anglais par Mourad Belhaj

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.