Monde

Cisjordanie: Israël arrête un enfant palestinien

- Un organisme palestinien appelle à améliorer les conditions de détention du prisonnier Mohamed al-Ardah.

Ammar El Khalfi   | 06.10.2021
Cisjordanie: Israël arrête un enfant palestinien

Ramallah

AA/Ramallah

Les forces israéliennes ont arrêté, durant la soirée du mardi, un enfant palestinien de 13 ans, dans le sud de la Cisjordanie occupée.

L'agence de presse officielle palestinienne "Wafa" a rapporté, d'après des sources sécuritaires, que "les forces d'occupation israéliennes ont arrêté l'enfant Jawdat Mohamed Al-Faouagra (13 ans), alors qu'il se trouvait près d'une école dans le village de Wadi Rahal" à Bethléem, dans le sud de la Cisjordanie.

Dans le même contexte, l’Autorité chargé des affaires des prisonniers et anciens prisonniers palestiniens (officielle) a exigé, dans un communiqué, mardi, l'annulation des "sanctions disciplinaires de représailles" imposées par l'administration pénitentiaire israélienne d'Ashkelon au prisonnier Mohammad al-Ardah, qui a été de nouveau arrêté après avoir réussi à s'évader avec 5 autres détenus de la prison de Gilboa".

Selon le même communiqué, l'avocat de ladite Autorité, Souleiman Shaheen, a expliqué, dans un mémorandum juridique urgent qu'il a envoyé à l'administration pénitentiaire d'Ashkelon, que les sanctions imposées au détenu Al-Ardah consistent à l'isoler dans les cellules pendant une période de 14 jours, qui est la durée maximale de la peine de l'isolement selon les lois de l'administration pénitentiaire.

Shaheen a ajouté que parmi les sanctions infligées à Al-Ardah figuraient une amende d'un montant élevé, l'interdiction de posséder des objets personnels à l'exception des vêtements, la privation d'appareils électriques, d'oreillers et de couvertures, et la contrainte de dormir par terre sans couverture.

L'avocat a déposé un recours contre la note portant sanctions contre Al-Ardah, lesquelles dépassent les peines maximales selon les lois de l'administration pénitentiaire, d'autant plus que les conditions de détention du prisonnier interviennent en représailles à son évasion, sans compter qu'elles sont incompatibles avec les traités et les normes du droit international quant aux conditions de vie qui doivent être fournies pour préserver la dignité des détenus.

Il a également exigé que les caméras soient immédiatement retirées de la cellule d'Al-Ardah, estimant qu'il s'agit d'une grave violation du droit du prisonnier à la vie privée.

Le prisonnier Mohamed al-Ardah avait entamé une grève de la faim, pour protester contre son isolement et les sanctions qui lui sont imposées par l'administration de la prison d'Ashkelon depuis son transfert il y a 6 jours.

Le 6 septembre dernier, six prisonniers palestiniens ont réussi à s’évader de la prison israélienne de Gilboa (nord), dans ce qui a été connu en Palestine comme la “Grande Évasion“, par un tunnel creusé depuis leur cellule. Cependant, les évadés ont été de nouveau repris dans les deux semaines qui ont suivi leur évasion.

Israël détient environ 4 850 Palestiniens dans 23 prisons et centres de détention, dont 41 prisonnières, 225 enfants et 520 détenus administratifs (sans inculpation), selon les institutions spécialisées dans les affaires des prisonniers.

*Traduit de l'arabe par Hend Abdessamad

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.