Monde

Cinq pays arabes condamnent la tentative de coup d'État ratée au Soudan

- Il s'agit de l'Arabie saoudite, des Émirats arabes unis, de Bahreïn, de la Jordanie et du Yémen

Mohammed Yahya Ahmad Mohammed   | 22.09.2021
Cinq pays arabes condamnent la tentative de coup d'État ratée au Soudan

Istanbul

AA / Tunis

Des pays arabes continuent de condamner la tentative de coup d'État que les autorités soudanaises ont déjouée mardi matin. Il s'agit de l'Arabie saoudite, des Émirats, de Bahreïn, de la Jordanie et du Yémen.

Par voie de communiqué, le ministère saoudien des Affaires étrangères a exprimé sa ferme condamnation et sa dénonciation de la tentative de coup d'État ratée contre les institutions étatiques légitimes au Soudan.

Le communiqué a affirmé la solidarité du Royaume avec le Soudan frère dans tout ce qui soutient sa sécurité, sa stabilité et sa prospérité.

A Abou Dabi, les Emirats Arabes Unis, ont eux aussi condamné la tentative de coup d'Etat, dans un communiqué rendu public par leur ministère des Affaires étrangères, faisant part de leur solidarité et leur soutien à la souveraineté et à l'unité de ce pays arabe.

Les EAU ont réitéré leur engagement à se tenir aux côtés du Soudan et à continuer d'appuyer sa phase de transition, afin de mettre en œuvre les espoirs et les aspirations de ce peuple frère sur les plans du développement et de la prospérité.

Pour sa part, le ministère bahreïni des Affaires étrangères a dénoncé ladite tentative de coup d'État et l'a qualifiée d'acte inacceptable visant à déstabiliser la sécurité et la stabilité du pays, à semer le chaos et à menacer les intérêts du peuple soudanais frère. Et de réaffirmer le soutien du Bahreïn au Soudan et à son peuple ainsi que son soutien aux mesures, aux procédures et aux politiques visant à préserver sa souveraineté.

Le ministère jordanien des Affaires étrangères a également condamné la tentative de coup d'État en question et a indiqué, dans un communiqué, que le Royaume se tenait aux côtés du Soudan et de son peuple frère pour préserver sa souveraineté, sa sécurité et sa stabilité.

La diplomatie yéménite a, quant à elle, exprimé son soutien aux institutions gouvernementales transitoires et à leurs efforts pour assurer la sécurité, la stabilité et le développement auxquels aspirent les Soudanais, tout en notant que la stabilité du Soudan est un pilier essentiel pour la stabilité de la région et du monde.

Mardi, la télévision soudanaise avait rapporté qu’une tentative de coup d’État avait eu lieu dans le pays, appelant le peuple "à y faire face", avant que l'armée ne publie un communiqué quelques heures plus tard, confirmant que la tentative de coup d'État avait été déjouée et que la situation avait été complètement maitrisée.

De son côté, le ministre soudanais de la Défense, le lieutenant-général Yassin Ibrahim a révélé, dans un communiqué de presse, que le général de division Abdul-Baqi Al-Hassan Othman Bakrawi ainsi que 22 autres officiers et nombre de sous-officiers et soldats étaient à l'origine de ce coup d'Etat manqué.

Le 11 avril 2019, le commandement de l'armée avait démis Omar el-Béchir (1989 - 2019) de ses fonctions, sous la pression des protestations populaires qui avaient débuté vers la fin de 2018, dénonçant la dégradation des conditions économiques.

Depuis le 21 août 2019, le Soudan vit une phase de transition de 53 mois, qui devrait aboutir à le tenue d'élections au début de l’année 2024 et durant laquelle le pouvoir a été partagé entre l'armée, les forces civiles et les mouvements armés, signataires de l'accord de paix.

*Traduit de l'arabe par Malèk Jomni

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.