Monde

Caricatures injurieuses envers le prophète: Vers l'expulsion de l'ambassadeur de France au Pakistan?

- L’ambassadeur pakistanais à Paris, Muinul Hak, avait été nommé ambassadeur à Pékin au mois d’août et aucun successeur n’a été nommé à Paris

Malek Jomni   | 17.11.2020
Caricatures injurieuses envers le prophète: Vers l'expulsion de l'ambassadeur de France au Pakistan?

İslamabad

AA/ Pakistan

Des médias pakistanais ont déclaré, mardi, qu'Islamabad prévoit d’expulser l'ambassadeur français d'ici deux ou trois mois et qu'elle ne compte pas désigner un titulaire pour le poste d'ambassadeur pakistanais à Paris.

Le parti islamiste, Tehreek-e-Labbaik Pakistan (TLP), qui proteste, depuis la fin de la semaine dernière, contre les déclarations d'Emmanuel Macron insultant l'Islam et le prophète Mohamed, dans la ville pakistanaise de Rawalpindi, serait, en effet, parvenu à un accord avec le gouvernement.

Saad Rizvi, fils du fondateur du TLP Khadim Hussain Rizvi, a dévoilé aux médias le contenu de l'accord signé entre le ministre de l'Intérieur, Ijaz Ahmed Shah et le ministre des Affaires religieuses et de l’Harmonie interconfessionnelle, Pir Nour-ul Haq Qadri Khadim.

L'accord stipule que le Parlement émettra une décision pour l’expulsion de l’ambassadeur français à Islamabad, pour laisser vacant le poste d'ambassadeur à Paris, pour le boycott des produits français par l'Etat pakistanais ainsi que pour la remise en liberté des membres du TLP placés en garde à vue.

Aucune déclaration n’a été, toutefois, faite par le gouvernement à ce sujet.

Dans le même contexte, le ministère de l’Intérieur a donné des instructions suivant lesquelles les membres du TLP placés en garde à vue au Pendjab, devaient être libérés.

Il est à rappeler que l’ambassadeur pakistanais à Paris, Muinul Hak, avait été nommé ambassadeur à Pékin au mois d’août et qu'aucun successeur n’a été nommé à Paris.

Dimanche, une manifestation dénonçant les déclarations insultantes du président français Emmanuel Macron à l’égard de l’Islam et du Prophète Mohamed, s’est tenue dans la ville pakistanaise de Rawalpindi, située au sud de la capitale Islamabad.

Une centaine de personnes, membres du parti "Tehreek-e-Labbaik Pakistan" se sont réunies dans la région de Çandni Çovk, scandant des slogans contre la France et son président Macron.

Face à la détermination des manifestants d’atteindre l’ambassade de France à Islamabad, la police pakistanaise a pris des mesures aux entrées de la capitale, en mettant des obstacles sur les routes pour entraver les mouvements d’entrée.

La capitale Islamabad a été témoin d’un affrontement à mains nues entre des manifestants et des membres de la police qui sont intervenus pour empêcher la manifestation d’atteindre l’ambassade de France.

La police a fait usage du gaz lacrymogène pour disperser les manifestants.

La police a également pris des mesures pour fermer les routes qui mènent aux bâtiments gouvernementaux, aux ministères et aux ambassades.

Les villes de Karachi, Lahore et Islamabad ont connu auparavant des manifestations dénonçant les propos de Macron.

La France a connu, au mois d’octobre la publication et l’affichage des dessins et des caricatures insultantes envers le Prophète Mohamed (Paix sur lui), sur les façades de plusieurs de ses bâtiments publics.

Le président français estime que ces caricatures relèvent de « la liberté d’expression »

Les caricatures et les propos de Macron, ont provoqué une grande vague de colère parmi les musulmans dans le monde et des campagnes de boycott des produits français ont été lancées dans plusieurs pays arabes et musulmans.


* Traduit de l'arabe par Malèk Jomni


Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın