Monde

Attaque contre un pétrolier iranien en mer Rouge : une "aventure dangereuse" selon Téhéran

- Le responsable en subira les conséquences, a assuré le porte-parole du ministère iranien des AE, Moussavi

Mohammed Maher Ben Romdhane   | 11.10.2019
Attaque contre un pétrolier iranien en mer Rouge : une "aventure dangereuse" selon Téhéran

Tahran

AA - Téhéran

Le fait d’avoir pris pour cible le pétrolier iranien en mer Rouge est une "aventure dangereuse", et le responsable en subira les conséquences, a déclaré le ministère iranien des Affaires étrangères.

Une explosion est survenue, vendredi, à bord d’un pétrolier iranien à 60 miles marins du port de Djeddah en Arabie Saoudite, a affirmé l’agence de presse iranienne, IRNA.

Le porte-parole de la diplomatie iranienne, Abbas Moussavi a déclaré : "les investigations en cours démontrent que le navire a été attaqué et ciblé à partir d’un emplacement proche de sa position située à l’est de la mer Rouge. L’attaque a eu lieu en deux étapes à 30 minutes d’intervalle."

Moussavi a également assuré que "les responsables de cette aventure dangereuse en subiront les conséquences. Des conséquences englobant la pollution engendrée par cette attaque".

Le responsable iranien a également rassuré concernant la situation du pétrolier et de son équipage, une situation qui a été qualifiée de stable.

Il a en outre déploré les agressions et les actes de sabotage contre les navires iraniens survenus au cours des derniers mois en mer Rouge.

Pour sa part, le directeur exécutif de l’entreprise nationale iranienne des pétroliers, Nasrallah Sardetchi a déclaré que l’explosion n’avait pas provoqué d’incendie.

"Les dommages ont été réparés et la situation du pétrolier et de son équipage est stable", a-t-il ajouté. Il a également affirmé que le déversement d’hydrocarbures était sous contrôle et serait maîtrisé totalement.

Sardetchi a noté qu’aucune partie dans la région n’avait proposé son aide à l’Iran pour maîtriser la situation sur le pétrolier en question en dépit de la présence d’autres navires à proximité.

Le pétrolier, victime de ces deux explosions, n’a pas encore repris la navigation, il changera son itinéraire pour quitter la mer Rouge.

La tension s’est accentuée entre Washington et des pays du Golfe, d’une part, et l’Iran, d’autre part, et ce, depuis le désengagement partiel de Téhéran de l’accord de Vienne sur le nucléaire.

L’Iran avait pris cette décision, en mai dernier, un an après le retrait de Washington de l’accord et la mise en place de nouvelles sanctions visant à l’obliger à renégocier certaines dispositions de l'accord de Vienne.

Riyad avait annoncé, le 21 septembre, avoir maîtrisé deux incendies dans les installations Abqaiq et Khurais de la société Aramco, pris pour cible lors d'une attaque de drones revendiquée par le groupe yéménite "Houthi".

Les États-Unis ont, par la voix du Secrétaire d’État, Mike Pompeo, accusé l’Iran d’être derrière l’attaque, ce que Téhéran a formellement démenti.

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın