Mode de Vie

Canada : Manifestations contre la loi sur la laïcité du Québec

- Votée en juin 2019 au forceps, la « Loi sur la laïcité de l’Etat », dans la province francophone, plus connue sous le nom de la Loi 21, a été maintenue ce matin par la justice, à quelques exceptions.

Ekip   | 21.04.2021
Canada : Manifestations contre la loi sur la laïcité du Québec

Canada

AA / Montréal / Hatem Kattou
Plusieurs dizaines de personnes ont manifesté, mardi après-midi, à Montréal, pour protester contre la « Loi sur la laïcité de l’Etat » au Québec, quelques heures après le maintien de cette législation votée, en juin 2019, par la Cour supérieure de la provine francophone, ont rapporté les médias locaux.
Organisée à l’initiative de la Coalition « Non à la Loi 21 », la manifestation a eu lieu devant les Bureaux montréalais du Premier ministre québécois, François Legault, dont le gouvernement est l’initiateur du texte.
En marge de la manifestation, Ehab Lotayef, porte-parole de la coalition, a déclaré : « Nous avons tous et toutes l’impression que cette loi-là est vraiment une grosse cicatrice sur le visage du Québec, et surtout, qu’elle ouvre la porte à de dangereux excès pour la suite ».
Lotayef, par ailleurs, fondateur de la « Semaine de la sensibilisation musulmane », a qualifié la loi de texte « discriminatoire qui fragilise les droits humains de tous les Canadiens », accusant le gouvernement de Legault de n’avoir « refusé de débattre en amont ».
De son côté, Samira Laouni, présidente et fondatrice de l’organisme « Communication pour l’ouverture et le rapprochement interculturel », a réitéré sa « détermination à aller jusqu’en Cour suprême (du Canada) s’il le faut ».
« C’est une question de droit et d’équité », a-t-elle poursuivi, et « on ira jusqu’au bout de l’exercice, on ne lâchera rien, que ce soit nous ou mos enfants ».
Tout en affirmant le caractère « discriminatoire » de la loi qui touche particulièrement les femmes, la militante associative a lancé : « une femme portant le foulard comme moi ne pourra postuler comme enseignante, alors que son mari, lui, pourra le faire ».
Quelques heures plus tôt, un juge de la Cour supérieure du Québec a estimé qu’il y « a bel et bien une violation des droits fondamentaux dans la loi, mais puisque le législateur québécois a utilisé des clauses de dérogation, il conclut que la loi demeure valide ».
Toutefois, le juge a exempté les enseignants des écoles des commissions scolaires anglophones et les élus de l’Assemblée nationale, des dispositions de cette loi.
La Loi 21 interdit le port de signes religieux à plusieurs catégories de fonctionnaires publics, notamment, les juges et agents correctionnels, les pompiers, les policiers, les enseignants des écoles publiques du primaire et du secondaire et les directeurs d’écoles.

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın