Culture et Arts, Archive, Afrique

Le "Moringa", l’arbre "miracle" qui guérit, nourrit et rapporte de l'argent

Fidel Castro a vanté dans des écrits les vertus "miraculeuses" du Moringa, à l'origine de sa longévité (89 ans).

17.02.2015
Le "Moringa", l’arbre "miracle" qui guérit, nourrit et rapporte de l'argent

AA/Conakry/Boussouriou Bah

Le Moringa, aussi nommé « arbre éternel », reconnu scientifiquement pour ses nombreuses vertus, et sa capacité de guérir de nombreuses maladies,  est également en mesure de lutter contre la malnutrition et le chômage, assure Modi Oury Diallo, chercheur et directeur de l’ONG guinéenne Terre Vivante, rencontré par Anadolu, confirmant ainsi les croyances de la population locale.

D’origine indienne, le Moringa, petit arbre tropical à bois tendre résistant à la sécheresse, est capable de se développer aussi bien sur des sols riches que pauvres. La valeur nutritive de ses feuilles, prouvée scientifiquement, est d’une richesse rare et permet de lutter à la fois contre l’insécurité alimentaire et les maladies, selon lui.

L'ancien chef de l'Etat cubain, Fidel Castro, qui cultive dans son propre jardin plusieurs Moringa, avait déja vanté dans de récentes réflexions intitulées « L’alimentation et l’emploi sain », les vertus de « l'arbre miraculeux » et avait assuré la necessité de l'utiliser dans l'alimentation de la population et du bétail. Castro estime d'ailleurs qu'il doit sa longévité (89 ans) à l'arbuste tropical.

 « Les feuilles du Moringa contiennent trois fois plus de potassium que la banane (connue pour sa forte concentration en potassium), quatre fois plus de calcium que le lait, sept fois plus de vitamines C que les oranges, et quatre fois plus de Vitamine A que les carottes, ce qui rend sa composition si particulière », détaille le chercheur.

«A elles seules, ces feuilles traitent plus de 300 maladies. Que dire donc de son écorce, ses racines, ses tiges mais aussi ses graines qui possèdent également de nombreuses vertus», ajoute-t-il en se basant sur une étude scientifique récente.

« Le Moringa prévient notamment des maladies courantes comme la tension artérielle et d’autres liées au parasite à savoir les amibiases et les helminthiases. Il prévient aussi le cancer et guérit de l’anémie», détaille-t-il.

Selon un rapport récent de l’Unicef, plus de 60 % des décès de femmes au cours d’une césarienne sont dus à une anémie en fer, « des essais cliniques fait conjoitement entre l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et Terre vivante ont révélé que le Moringa constitue une réponse idoine à l’anémie ».

De plus, la grande teneur en vitamines en tout genre et sels minéraux, font de la plante un complément nutritionnel idéal à insérer dans les programmes de lutte contre la malnutrition qui permettrait en plus de se baser sur les ressources locales, souligne le chercheur.

Pour Diallo, la valeur du Moringa dépasse le facteur médical puisqu’il constitue aussi une ressource économique pour la communauté guinéenne, à exploiter dans le futur.

« En ville une vingtaine de jeunes et femmes commercialisent le Moringa sous ses différentes formes, aussi bien les feuilles brutes, que sous forme d'huile,  de graines etc.  et vivent des revenus que cela leur rapporte. On les entends partout dans les rues crier « Moringa, moringa », c’est une véritable activité génératrice de revenus pour eux et qui pourrait l'être aussi pour d'autres », explique le directeur.

D’après Diallo, l’avenir du Moringa est prometteur.

« Nous avons convaincus des laboratoires pour nous aider à faire passer l’arbre de médicament traditionnel à moderne. Le mois dernier (janvier), nous avons pu obtenir des échantillons de sirop, de capsules et de comprimés. Nous sommes d’ailleurs en train de commercialiser certains échantillons en Guinée », ajoute-t-il sans détailler le nombre de quantité vendu.

« Nous avons pour vision de valoriser la plante afin de l’exploiter sur place, travailler avec un laboratoire guinéen,  la transformer et produire médicaments et compléments alimentaires ici même ».

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın