Culture et Arts, Archive, Afrique

Côte d'Ivoire: Djiré Mahé, psychothérapeute des âmes perdues

Djiré Mahé s’est fixé comme principaux objectifs de recycler les objets usés et de venir en aide aux individus psychologiquement affectés.

01.05.2015
Côte d'Ivoire: Djiré Mahé, psychothérapeute des âmes perdues

AA/ Abidjan/ Cleophas Mosala

"Je suis Djiré Mahé, artiste plasticien recycleur et psychothérapeute, à travers mon art j'essaye de redonner vie aux objets abandonnés et de guérir les âmes perdues", ainsi se présente l’artiste ivoirien spécialiste en socio-psychologie et en ergothérapie.

Djiré Mahé, la soixantaine révolue, s’est fixé comme principaux objectifs de recycler les objets usés et de venir en aide aux individus psychologiquement affectés. Il se dit l'ambassadeur d’un "art new concept".

En recyclant des objets récupérés dans les poubelles, Mahé les revalorise et les dote d'une nouvelle vie et c'est, d'ailleurs, le même processus qu'il opère chez les personnes souffrant d'affections psychlogiques qui viennent le voir à la recherche d'apaisement.

"Les œuvres" de Mahé qui vont de pièces en fer forgé aux poupées en tissus s’alignent avec ingéniosité dans le jardin-forêt de l’artiste situé dans le quartier de Bingerville (ancienne capitale de la colonie française entre 1900 et 1934 à l'est d'Abidjan), celui où il a élu domicile à son retour de Suisse il y a plus de trente ans. 

Rencontré par Anadolu, l’artiste revient, d’abord, sur un parcours qu'il a démarré en Suisse "son pays d’adoption" où il s’est surtout consacré à l’art du recyclage ou comme il se plait à le préciser à "redonner vie aux objets abandonnés". Pour lui, tout peut renaitre grâce à l’art aussi bien les objets que les êtres humains.

"Je suis éducateur spécialiste en psychosociologie et ergothérapie, j’ai fait de la psychologie et de l’art thérapie, discipline qui consiste à aider les personnes en situation difficile en les initiant à la création artistique", a-t-il déclaré à Anadolu.

L’artiste confie, par ailleurs, "combattre toutes les formes de dérives telles que la drogue, l’alcoolisme, les dépressions" ajoutant "nous vivons, aujourd’hui, dans une société marquée par un mal de vivre quasi général où les êtres fragilisés ont besoin d’être accompagnés et soutenus pour renaitre et retrouver goût à la vie".

Dans son atelier, Mahé accueille aussi bien des amateurs qui viennent découvrir où apprécier son art que des patients à la recherche d'une thérapie.

De cet aspect de son travail il précise "des fois j’invite mes patients à dessiner où à créer un objet, de donner une vie possible à un des objets ici entassés" soulignant que "la psychothérapie classique utilise le même procédé que l’art-thérapie sauf que cette thérapie va, encore, plus loin en mettant le patient en situation réelle étant donné qu"il est appelé à agir et à réfléchir face à un objet réel et non abstrait".

En initiant ses patients à l'art, l’artiste leur insuffle l'espoir d'une nouvelle vie comme pour les objets abandonnés, il explique, à ce propos,  "la situation des malades mentaux abandonnés, souvent, par leur proches n'est pas trés différente des objets jetés dans les poubelles de notre société de consommation alors que pour leur redonner vie il suffit de savoir bien y porter son regard".

Djiré Mahé a plus de 600 œuvres à son actif, il continue toutefois de sillonner les rues de Bingerville pour ramasser les objets usés et en faire des œuvres d’art.

Ses œuvres, il les vend sur place à des particuliers ou dans des expositions à un prix variant entre 100.000 F CFA et 300.000 F CFA (150 euros et 500 euros).

Cependant c’est principalement grâce à sa pension de retraité de l’Hôpital psychiatrique de Bingerville qu’il vit.

Le volume de déchets produits par la ville d’Abidjan n'a cessé d'augmenter au cours des dernières années à cause de la forte croissance démographique du district d'Abidjan et des nouveaux besoins qui en découlent, fait qui rend leur gestion encore plus complexe.

Le travail de Mahé acquiert de ce fait encore plus de valeur dans la mesure où il permet le recyclage, à bon escient, d'une part de ces déchets. 

L'ergothérapeute aide les patients, notamment ceux en perte d'autonomie, dans leur vie quotidienne, professionnelle, ou scolaire, à se réadapter à leur cadre de vie. 

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın