Analyse

Le sommet européen marqué par l'opposition entre le Nord=riche et le Sud=pauvre (Analyse)

- Après 4 jours d'intenses et difficiles négociations, les pays de l'UE ont finalement trouvé un accord sur le plan de relance et le budget de l'UE pour la période 2021-2027.

Dr. Nurgül Bekar,Tuncay Çakmak   | 23.07.2020
Le sommet européen marqué par l'opposition entre le Nord=riche et le Sud=pauvre (Analyse)

Istanbul

AA - Istanbul - Nurgül Bekar

Alors que la pandémie de coronavirus (Covid-19) a causé de nombreux nouveaux problèmes dans le monde, dans certains cas, les conditions existantes se sont aggravées. Si de nouveaux problèmes sont apparus au sein de l'Union européenne (UE), en revanche, d'anciens problèmes sont entrés dans un processus plus difficile. Les pertes subies par certains membres de l'UE, qui sont déjà en difficulté économique en raison de la pandémie, font que les choses deviennent plus profondes.

Au regard des principes qu'elle défend depuis 1957, c'est sans aucun doute la question de tous les acteurs de la politique internationale de savoir comment l'UE, qui a donné un mauvais test contre la pandémie dans un premier temps, va gérer ce processus.

La distinction "nord-riche et sud-pauvre", qui a sapé l'intégration au sein de l'UE pendant un certain temps, est peut-être l'un des problèmes les plus importants qui interpellent l'UE aujourd'hui. Parce que la carte de sortie du sommet spécial du Conseil de l'UE, qui a débuté le 17 juillet 2020 et a duré quatre jours et quatre nuits, donne des indices sur la façon dont le conflit nord-sud affectera dorénavant l'histoire de l'intégration européenne.

Les chefs de gouvernements et d’États des pays membres de l'Union européenne se sont réuni à Bruxelles vendredi dernier, pour discuter du plan de sauvetage de la Commission européenne de 750 milliards d'euros pour les pays touchés par la crise du Covid-19 et du budget de 1074 milliards de l'UE pour couvrir la période 2021-2027.

Les «furgaux», composés des Pays-Bas, de l'Autriche, de la Suède et du Danemark, se sont fermement opposés à l'idée de rembourser la portion de 500 milliards d'euros du plan de sauvetage de la Commission et de rembourser les 250 milliards restants. L'Italie, l'Espagne et la Croatie, représentant le sud, ont fait valoir que l'emprunt conjoint est essentiel pour la reprise. Si la Finlande partage partiellement les idées du nord, l'Allemagne et la France soutiennent la proposition de la Commission pour la continuité de l'intégrité de l'Union.

- La plus grande crise après la Seconde Guerre mondiale:

Une autre question à trancher lors du sommet a été d'approuver le budget de la période à venir. Pour la première fois de son histoire, l'UE tente de restreindre l'utilisation du budget en faisant correspondre la question des droits et devoirs fondamentaux aux pays qu'elle considère comme ne répondant pas aux critères de l'UE en matière d'État de droit. À ce stade, la Hongrie et la Pologne, qui sont à la cible, sont très insatisfaites de cette situation. En fait, le Premier ministre hongrois Viktor Orban, qui blâme le Premier ministre néerlandais Mark Rutte pour la confusion actuelle de l'UE, a rendu ce mécontentement plus concret en menaçant de mettre son veto à la fois au paquet et au budget si nécessaire.

Lorsque les dirigeants de l'UE ont parlé du plan de sauvetage pour la première fois en juin 2020 par vidéoconférence, la Chancelière allemande Angela Merkel a déclaré qu'il n'y avait pas de problème, et que les pays envisageaient d'emprunter malgré les divergences d'opinion. L’absence d’accord le premier jour de la réunion, prévue de durer deux jours, et le fait qu’elle ait été suspendue au quatrième jour indiquent que de longues et dures discussions ont eu lieu au sommet. En fait, avant le sommet, tant les responsables de l'UE que certains dirigeants ont déclaré qu'il était très difficile d'obtenir un résultat optimiste de cette réunion en face à face des mois après.

Cependant, la prolongation de la réunion montre à quel point les négociations ont été serrées pour trouver une solution, en d'autres termes, pour montrer que l'intégration et la solidarité européennes se poursuivent.

La chancelière allemande Angela Merkel, qui a pris la présidence tournante de l'UE le 1er juillet 2020, avait déclaré que les différences étaient énormes et que cette fois, les dirigeants ne pouvaient rien dire sur la possibilité de parvenir à un compromis ou non, aucun dirigeant n'ayant souligné qu'une solution devrait être trouvée lors du sommet.

Le président français Emmanuel Macron, avait souligné la nécessité pour l'UE de faire face à la réalité juste avant le sommet et la nécessité de surmonter les problèmes économiques et sociaux non seulement en matière de santé mais aussi dans l'unité.

Le problème sur lequel presque tous les dirigeants sont d'accord est qu'il n'y a pas eu de crise aussi grave depuis la Seconde Guerre mondiale.

- L'intégrité politique dépend de la reprise économique :

En arrivant au quatrième jour du sommet "sans fin", grâce aux nouveaux plans mis sur la table, un consensus a finalement été atteint. La question la plus importante qui a verrouillé les réunions était le montant de la subvention à donner.

Premièrement, le président du Conseil de l'UE, Charles Michael, a proposé 450 milliards d'euros et 400 milliards d'euros, une proposition soutenue par l'Allemagne et la France.

Cependant, l'accord a été trouvé avec la nouvelle proposition du Conseil, qui a porté le montant de la subvention à 390 milliards d'euros. Les 360 milliards d'euros restants seront mis à disposition sous forme de prêts.

Lors de ce sommet, qui a été le plus long sommet de l'histoire de l'UE depuis le sommet de Nice en 2000, la congestion semble avoir été surmontée pour l'instant. Cependant, en raison de la nécessité d'approuver ces conclusions du long marathon de négociations par Parlement européen (PE), une série de discussions supplémentaires devront être engagées avant que le dernier mot puisse être dit. Au PE, le fait que les opinions politiques, qui sont anti-UE et/ou européennes sceptiques, soient beaucoup plus présentes, conduira naturellement à ces discussions.

Le plan de sauvetage de l'UE et l'accord sur le budget 2017-2021 concernent les pays touchés par la crise épidémique, non seulement eux-mêmes mais aussi tous ceux qui entretiennent des relations commerciales avec l'UE en raison de sa place dans l'économie mondiale. Selon les estimations de la Banque centrale européenne (BCE), la crise économique actuelle devrait entraîner une contraction de 8,7% dans les économies de la zone euro.

L'Espagne, l'Italie et la Croatie, qui seront les plus affectées par cette contraction, sont également les pays qui ont le plus souffert de la crise de la Covid-19. Au lieu d'emprunter davantage, les membres de l'UE, qui subissent les résultats de la crise financière de 2008, cherchent des moyens de sortir de cette crise et de se relever en utilisant l'aide de l'UE comme une subvention.

Cependant, la présidente de la Banque centrale européenne, Christine Lagarde, a souligné que la vitesse et l'ampleur de la reprise économique restent incertaines, indiquant que la sonnette d'alarme retentit pour l'espace économique de l'UE.


Les experts affirment que le contenu du plan de sauvetage est controversé car il sera emprunté aux marchés financiers. Selon le premier plan proposé par la Commission européenne, la plus grande part (610 milliards d'euros) sera consacrée à l'harmonisation des politiques des États membres, à leurs capacités de sauvetage et de résilience, et si le plan de sauvetage est approuvé, alors l'Italie bénéficiera d'une aide 81,8 milliards d'euros, l'Espagne de 77,3 milliards d'euros et la France de39 milliards d'euros.


Dans ce contexte, il ne faut pas oublier que la résolution des problèmes économiques est liée aux problèmes sociaux et politiques actuels. En d'autres termes, la reprise économique et financière de l'UE jouera un rôle clé dans la résolution d'autres problèmes politiques et sociaux.

- Les différends internes affaiblissent la position mondiale de l'UE :

Depuis longtemps, l'UE est en prise avec des défis à la fois structurels et périodiques. Le tableau, qui a été exposé au sommet de l'UE ces quatre derniers jours, est la preuve la plus claire que ces difficultés persistent.


Surmonter la crise cette fois peut être la première étape pour résoudre tous les autres problèmes. Parce que les grands défis de la crise pandémique sur les anciens problèmes augmentent la probabilité que la crise se transforme en une boule de neige croissante si l'UE ne reçoit pas de réponse à temps.

En conséquence, le fait que cette impasse au sommet a pu être résolue dans un délai très long a accru les doutes sur le processus décisionnel de l'UE et sur la réponse rapide et efficace aux problèmes.

Lors de ce XXIe siècle, l'UE ne pourra déterminer sa position dans la politique internationale tant qu’elle n’aura pas fait face à ses problèmes internes tels que le Brexit, la xénophobie, les problèmes politiques, économiques et sociaux.


Il serait irréaliste d’attendre qu’une UE, qui ne peut pas résoudre ses propres problèmes, soit l’un des acteurs qui apportent des solutions constructives aux problèmes de politique internationale, par exemple en Syrie, en Méditerranée orientale ou dans une autre partie du monde.


*[Dr. Nurgül Bekar est membre du corps professoral de l'Université d'Ufuk, Département des sciences politiques et des relations internationales]

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın