Monde, Science-Technologie, Analyse

Le rapport du monde à l'océan est fondamentalement non durable (Expert)

- « Si nous n'agissons pas de toute urgence, l'avenir de nos océans ... pourrait être très sombre », déclare le porte-parole du Fonds Mondial pour la Nature (WWF)

Burak Bir   | 02.07.2022
Le rapport du monde à l'océan est fondamentalement non durable (Expert)

Ankara

AA/ Ankara

Rester silencieux, au lieu de prendre des mesures concrètes pour préserver la santé des océans, entraînerait la destruction et la dégradation de l'environnement côtier et des océans, selon un responsable du Fonds Mondial pour la Nature (WWF).

Pepe Clarke, porte-parole du WWF International et chargé de la question des océans, a déclaré qu'une série de menaces pesaient sur l'avenir de la santé des océans.

« Il est évident que la relation entre l'humanité et l'océan est devenue fondamentalement non durable et qu'un scénario dans lequel la situation actuelle se maintiendrait, verra un appauvrissement continu des populations de poissons sauvages dans les océans, la destruction et la dégradation des habitats tant dans l'environnement côtier que dans l'océan lui-même », a-t-il déclaré.

Abordant le « rôle vital » que jouent les océans dans l'atténuation du changement climatique, Pepe Clarke a souligné que les masses d'eau servent de réservoir de chaleur et de carbone.

« Ils ont supporté l'essentiel des impacts du changement climatique que nous observons aujourd'hui. Il s'agit notamment de l'élévation du niveau de la mer, des changements de température et de l'acidification de l’océan ».

Il a précisé que la pollution croissante, non seulement la pollution plastique mais aussi la pollution par les engrais et les pesticides, ainsi que le changement climatique, ont des effets considérables sur les océans et provoquent un effondrement des écosystèmes marins.

Un réchauffement de l'océan, causé par le changement climatique, signifie plus d'acide qui affecte la vie marine et, en fin de compte, la communauté humaine, a indiqué Pepe Clarke.

Mentionnant les effets négatifs des océans en mauvaise santé sur les communautés vulnérables, il a déclaré que les récifs coralliens, qui protègent les communautés côtières contre les tempêtes, sont aujourd'hui menacés d'extinction en raison du changement climatique, de la pollution et de la surpêche.

« Il est de plus en plus évident que nous avons atteint le point de non-retour, et il est crucial que nous agissions maintenant », a-t-il ajouté.


* Le pire des scénarios

Citant un rapport du WWF selon lequel 88 % des espèces marines sont affectées par une grave contamination au plastique dans les océans, il a indiqué qu'environ 100 000 animaux marins meurent chaque année de la pollution plastique, alors que 8 millions de tonnes de plastique se retrouvent dans les océans chaque année.

« Le WWF prévoit que la production de plastique doublera au cours des deux prochaines décennies. Cela entraînera une multiplication par quatre des déchets plastiques dans l'océan. Cela représente à peu près deux fois et demie la taille du Groenland », a mentionné Clarke.

Citant un rapport de 2019 du Groupe d'experts intergouvernemental sur le changement climatique, qui révèle qu'un milliard de personnes pourraient être affectées par le changement climatique d'ici 2050, à mesure que les océans se réchauffent et que les calottes glaciaires et les glaciers fondent, Clarke a déclaré qu'il était nécessaire de mettre en œuvre les mesures indispensables.

« Si nous n'agissons pas de toute urgence, l'avenir de nos océans, dans un scénario dans lequel les pratiques actuelles se poursuivraient, pourrait être très sombre. ... Il est probable que la plupart des récifs coralliens disparaîtront de notre vivant et que d'autres écosystèmes seront dégradés ».

Afin d’éviter ce scénario, Clarke recommande de soutenir les investissements dans l’adaptation, des solutions fondées sur la Nature, de rendre les pays les moins avancés et les petits États insulaires en développement plus résilients, et de faciliter la transition vers des économies à faible émission de carbone.

« La relation entre le changement climatique et (l')océan doit être reconnue, comprise et intégrée dans les politiques gouvernementales à mesure que les préoccupations relatives au changement climatique augmentent », a-t-il déclaré. « Il est temps de briser les obstacles ainsi que de renforcer et restaurer la détermination à réaliser ce qui a été promis ».


*Traduit de l’anglais par Cécile Durmaz

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.