Politique, Monde, Analyse

La marginalisation et Israël... Qu’y a-t-il derrière la démission de Hanan Ashrawi ? (Analyse)

-Deux observateurs palestiniens motivent cette démission par l'inexistence de mécanisme d'action au sein du Comité exécutif de l'OLP et lient son timing par le rétablissement, par l'Autorité palestinienne, des relations avec Israël

Mona Saanouni   | 12.12.2020
La marginalisation et Israël... Qu’y a-t-il derrière la démission de Hanan Ashrawi ? (Analyse)

Ramallah

AA / Ramallah / Awadh Errajoub

Deux observateurs palestiniens ont estimé que le mécanisme de prise de décision au sein du Comité exécutif de l'Organisation de Libération de la Palestine (OLP) est l'une des principales raisons ayant poussé Hanan Ashrawi à présenter sa démission du Comité.

Les deux observateurs, Jihad Harb et Ahmed Rafik Awadh, ont dans un entretien accordé à l'Agence Anadolu, indiqué que le rétablissement par l'Autorité palestinienne de ses relations avec Israël est la principale raison qui a motivé le choix de Ashrawi du timing de sa démission.

Quelques jours après que des informations ont circulé au sujet de sa démission, Ashrawi (74 ans) a annoncé mercredi avoir effectivement présenté sa démission au président palestinien, Mahmoud Abbas, le 24 novembre écoulé, appelant à opérer des réformes, à assurer l’alternance au pouvoir de manière démocratique à travers des élections, tout en considérant que le Comité souffre de marginalisation et de la non-participation à l'élaboration de la décision.

L'agence de presse palestinienne (WAFA, officiel), a rapporté mercredi que Abbas a accepté la démission de Ashrawi, sur sa demande, après qu'elle a présenté sa démission par écrit, il y a de cela quelques jours.

Le Comité exécutif compte en son sein 18 membres, mais certains sièges sont actuellement vacants pour diverses raisons.

Dans l'organigramme de l'OLP, le Comité est assimilé au pouvoir exécutif au sein des Etats.

Il a été défini par le statut de l'organisation comme étant la plus haute autorité exécutive de l'organisation et se tient en continue. Ses membres se consacrent à leurs tâches et procèdent à l'exécution des politiques, des programmes et des plans décidés par le Conseil national.

Parmi les prérogatives du Conseil national figurent la mise en place des programmes politiques de l'OLP, l'élection d'un comité exécutif et d'un Conseil central de l'organisation qui compte actuellement l'ensemble des factions palestiniennes à l'exception des Mouvements du Hamas et du Jihad islamique.

Une démission contestataire

Selon Jihad Harb, chercheur en politique et sur les questions de pouvoir, la première raison qui motive la démission de Ashrawi est la contestation, en particulier contre le processus de prise de décision, notamment, en ce qui concerne le rétablissement des relations avec la partie israélienne.

Le 17 novembre dernier, Hussein Echikh, ministre palestinien des Affaires civiles, avait annoncé le rétablissement des relations avec Israël, après leur suspension, par décision de Abbas, le 19 mai dernier, pour protester contre un plan israélien visant à annexer le tiers de la superficie de la Cisjordanie occupée.

Harb estime que « l'autre raison consiste en l'absence de mécanismes clairs dans l'action du Comité exécutif après le décès de son Secrétaire général, Saeb Erekat, le 10 novembre dernier, et la vacance de ce poste, dont le détenteur a entre autres missions de convoquer les réunions du comité »

Après la mort de Erekat, le Comité exécutif ne s'est pas tenu, et à la lumière des circonstances actuelles (propagation de la pandémie de la Covid-19), le président ne rencontre pas un grand nombre de responsables et de dirigeants et par conséquent, l’on assiste à une absence du mécanisme d'action ai sein du Comité », a-t-il ajouté.

Il a considéré, également, que la démission de Ashrawi dénote, également, « sa conviction qu’après ce long parcours dans la vie politique, le temps est venu pour insuffler un nouveau sang à travers un processus de réformes de l'OLP, et que cela ne peut aboutir sans le retrait des actuels responsables ».

Dans le communiqué de sa démission, Ashrawi a souligné que « Le temps est venu pour introduire les réformes requises et réactiver l'action de l'OLP ainsi que revaloriser ses prérogatives et ses tâches et respecter le mandat accordé au Comité exécutif, qui souffre de marginalisation et de l'absence à l'élaboration de la décision ».

* Les relations avec Israël

Ahmed Rafik Awadh, conférencier à la faculté d'information de l'Université de Jérusalem, a indiqué que Ashrawi était déterminée à démissionner, dès lors qu'elle dispose d'une position et d’un point de vue particulier.

Dans une déclaration faite à Anadolu, Awadh a souligné à AA que « Ashrawi a une opinion concernant les élections, les prérogatives, le gel des institutions de l’OLP, et partant sa démission à des motifs particulièrement politiques ».

La démission est la résultante d'une position relative à la réactivation de la structure de l'OLP et au renouvellement des dirigeants dans le sens d’un rajeunissement.

Evoquant le timing de la démission, Rafik a souligné que « c’est probablement parce que le Comité exécutif, qui a pour mission de mettre en œuvre les politiques de l'OLP, ne se réunit plus et que son avis ne compte pas, dès lors que la décision palestinienne se prend désormais d'une manière différente » (qu’il n’a pas précisé).

Il n'a pas « exclu non plus que la reprise des relations avec Israël est ce qui a le plus motivé Ashrawi à démissionner en ce moment ».

« Concernant la reprise des relations avec Israël, le Comité exécutif ne s'est pas réuni et n'a pas pris de décision à ce sujet. Ainsi, la démission serait une protestation contre le processus de prise de décision », a-t-il expliqué.

Membre indépendante du Comité exécutif, depuis 2009, Ashrawi a été réélue en 2018, et dirigeait depuis le département de la Diplomatie et des Politiques générales au sein de l'OLP.

*Traduit de l'arabe par Hatem Kattou

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın