Monde, Analyse

En France, les médias "mainstream" sont-ils un outil de diplomatie publique ? (Analyse)

- La différence entre la diplomatie publique et la diplomatie classique est qu'elle s'adresse directement aux peuples, et non aux États, ce qui peut également être évalué dans le contexte des activités de propagande des temps anciens

Akın Özçer   | 06.05.2021
En France, les médias "mainstream" sont-ils un outil de diplomatie publique ? (Analyse)

Istanbul

AA / Istanbul / Akin Özçer

"Les grands médias sont-ils un outil de diplomatie publique en France?" Il n'est pas facile de répondre à cette question sans avoir d'informations concrètes sur les relations entre les médias et les organisations gouvernementales.

Tout d'abord, il convient de noter que le terme” diplomatie publique " a été utilisé pour la première fois en 1965 par l'ancien diplomate Edmund Gullion, doyen de la Fletcher School of Law and diplomacy de Boston. Le terme a ensuite été adopté par l'Agence d'information des États-Unis (USIA) pour décrire sa mission, et a été brièvement défini comme “dire la politique étrangère américaine aux peuples étrangers directement dans leur propre langue ou par l'intermédiaire d'élites diplômées des universités américaines.”

La différence entre la diplomatie publique et la diplomatie classique est qu'elle s'adresse directement aux peuples, et non aux États, ce qui peut également être évalué dans le contexte des activités de propagande des temps anciens.

"Bien que les représentants de l'État, à l'instar de Macron, aient gardé leur distance entre les YPG et le PKK et aient fait quelques maigres affirmations selon lesquelles le PKK est une organisation terroriste, une telle distinction n'est pas faite dans les colonnes des grands médias. "

Selon une étude intitulée “La Diplomatie publique: un nouveau sujet? menée par Christian Lequesne, directeur du Centre d'Études et de Recherches Internationales (CERI) de l'Université de Sciences Po, le Ministère français des Affaires étrangères a utilisé le terme pour la première fois en 2010 à l'occasion du Printemps arabe.

Lequesne souligne que la diplomatie publique a quatre fonctions principales et les énumère comme suit: informer directement le public de la position officielle de l'État sur diverses questions; persuader les représentants des médias, y compris les étrangers, sur ces questions; et fournir les mêmes informations par le biais des réseaux sociaux; enfin, diffuser des informations ou de la propagande similaires à travers des instituts et des programmes d'échange culturel. Tout cela, comme le souligne Lequesne, n'est pas un travail très nouveau à la base; le Quai d'Orsay(ministère français des Affaires étrangères) mène déjà un travail similaire sur les représentants des médias étrangers depuis un siècle.

" Il existe des parallèles entre les préférences de la France en matière de politique étrangère et les critiques des grands médias."

Il est à noter que la diplomatie publique, du moins comme on l'observe, a une autre fonction (en plus du travail de propagande mené directement auprès des peuples étrangers ou à travers les médias). Il s'agit d'adopter la position officielle de l'État français sur diverses questions à son propre peuple à travers ses propres médias.

On comprend cela, par exemple, à partir des positions prises par les gouvernements d'Emmanuel Macron à l'égard de la Turquie sur diverses questions, épousant les analyses et commentaires des médias sur ces questions, et leur soutien par ricochet. En d'autres termes, il existe des parallèles entre les préférences de l'État en matière de politique étrangère et les critiques des grands médias. Ces parallèles semblent exister même lorsque les préférences en matière de politique étrangère sont incompatibles avec les valeurs démocratiques et les libertés et droits fondamentaux de l'homme.

" Étant donné que les grands médias font appel aux masses publiques ordinaires, il convient de souligner que l'objectif ici est de graver l'hostilité anti-Turquie et turque en France."

" Parallèles entre les politiques gouvernementales "

Le plus notable des parallèles avec la Turquie est l'expression “nos alliés” exprimée par rapport au PYD/YPG, la branche syrienne de l'organisation terroriste PKK.

Comme nous le rappelons à chaque fois, l'ancien président français François Hollande a utilisé l'expression “nos propres alliés” pour désigner les YPG lors de l'opération turque en Syrie "Rameau d'olivier". Cette approche a également été maintenue pendant l'ère Macron; il n'y a aucune affirmation dans les grands médias selon laquelle les YPG sont une branche du PKK, donc une organisation terroriste. Parfois, il est juste mentionné que la Turquie a une telle revendication. Pour les YPG, les expressions” Forces démocratiques syriennes “et” Kurdes syriens" sont utilisées.

Bien que les représentants de l'État, à l'instar de Macron, aient gardé leur distance avec les YPG et le PKK et aient fait quelques maigres affirmations selon lesquelles le PKK est une organisation terroriste, une telle distinction n'est pas faite dans les colonnes des grands médias.

En outre, la connexion et la relation entre le HDP et le PKK sont souvent ignorées. Il est souligné que le HDP est un parti politique "pro-kurde" ou même un deuxième parti d'opposition, ce qui donne l'impression qu'il représente tous les Kurdes de Turquie, et de facto est un parti fort. Dans ce contexte, la levée de l'immunité de certains députés du HDP ou la révocation de maires pour être jugés pour terrorisme est présentée comme irrespectueuse de la volonté des électeurs et, bien sûr, est écrite sous le titre de manque de démocratie en Turquie.

Bien que les représentants de l'État restent silencieux, les grands médias décrivent même les poursuites et le renvoi des personnes liées à l'organisation terroriste comme une opération de “nettoyage” majeure contre les dissidents, sans parler du soutien à la lutte de la Turquie contre l'organisation FETO. En dissimulant la tentative de coup d'État du 15 juillet entre les lignes, il exonère le réseau d'espionnage du coup d'État et place cette lutte sous le prisme des lacunes démocratiques de la Turquie.

Bien sûr, il existe des lacunes de la démocratie turque et des problèmes que le gouvernement ne parvient pas à bien gérer. Mais les grands médias français ne critiquent pas la Turquie sur ces points; ils préfèrent plutôt se faufiler à travers deux piliers de la lutte contre le terrorisme, qui est vital pour sa souveraineté et son indépendance. Considérant que les deux organisations terroristes en question sont sous l'aile des États-Unis, on peut dire que ce soutien achève en réalité le combat d'Ankara en Arménie, en Méditerranée orientale, à Chypre, en Libye et les questions égéennes.

Au sujet de ces problèmes, les grands médias français ne se contentent pas de véhiculer les déclarations des autorités officielles, mais font également des analyses et des commentaires extrêmement troublants qui justifient les thèses des camps opposés, suggérant que la Turquie mène des politiques “expansionnistes” dans sa région.

" Pourquoi l'opinion publique française est-elle dirigée contre la Turquie? "

Le point commun de l'approche des grands médias français sur les questions que nous avons évoquées ci-dessus est que la Turquie s'oppose aux positions vitales pour nos intérêts nationaux, réalisées avec le gouvernement. Étant donné que les grands médias font appel à des masses publiques ordinaires, il convient de souligner que le but ici est de graver dans la mémoire l'hostilité anti-turque et turque en France. Il s'agit sans aucun doute d'une évolution en relation avec le positionnement politique selon lequel, après la chute de l'URSS, l'ennemi commun de l'Occident est maintenant l'Islam, reflété en France dans la période post 11 septembre (2001).

Bien qu'il y ait aussi ceux qui attribuent cela au réflexe de Macron de freiner Marine Le Pen, la dirigeante du Parti du Rassemblement National (RN), dont la côte ne cesse de grimper comme candidate favorite aux élections de 2022. Mais il n'est pas facile d'évaluer les incommensurables déclarations de Macron visant les Turcs en France à travers l'Organisation de l'Union turco-islamique pour les affaires religieuses (DITIB), qu'ils considérait comme une garantie de laïcité dans les périodes précédentes. Pour en revenir à la question que nous avons soulevée dans le titre, nous n'avons pas de données concrètes selon lesquelles l'État français (profond) utilise les grands médias comme un outil pour produire de l ' “influence” à l'intérieur et à l'extérieur du pays, à l'exception des parallèles que nous avons cités ci-dessus. Mais comme on peut le constater, les grands médias suivent une ligne qui est très cohérente avec les politiques officielles de l'État sur de nombreuses questions liées à la Turquie. Il n'est certainement pas possible de répondre à cela naturellement.

* Traduit du turc par Sinhan Bogmis Alex

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın