Analyse

En ciblant les tours de Gaza, Israël tente-t-il de gagner la bataille rapidement? (Analyse)

- L'armée israélienne a détruit quatre tours dans la Bande de Gaza en moins de quatre jours.

Qais Omar Darwesh Omar   | 16.05.2021
En ciblant les tours de Gaza, Israël tente-t-il de gagner la bataille rapidement? (Analyse)

Ramallah

AA / Ramallah (Cisjordanie occupée) – Ayser al-Iss

Des tours et de grands immeubles d'habitation de la Bande de Gaza ont été détruits et transformés en un tas de décombres à cause des violents raids israéliens lancés en continu contre l'enclave palestinienne.

Plusieurs experts ont, dans des entretiens séparés à l'Agence Anadolu, estimé que l'Etat hébreu s’emploie à remporter rapidement la bataille et à briser la volonté de la Résistance, tandis qu’un spécialiste en droit international a qualifié les agressions israéliennes de « crimes de guerre ».

L'armée israélienne a détruit, en l’espace de quatre jours, quatre tours, dont trois réservées à l’habitation, dans la Bande de Gaza. Ces tours ont été la cible d'un grand nombre de missiles.

La dernière tour détruite a été celle d’Al-Jalaa. Samedi, les avions de combat israéliens ont détruit la tour qui abrite, entre autres, les bureaux de la chaîne qatarie d’information « Al-Jazeera » et de l'agence de presse américaine « Associated Press ».

Composée de 14 étages, la tour « al-Chourouk », située dans la rue « Omar al-Mokhtar », dans le centre de la ville de Gaza, avait été détruite auparavant.

La tour « al-Chourouk » compte des appartements d’habitation et plusieurs bureaux de compagnies et d’institutions médiatiques opérant à Gaza.

Mercredi à l'aube, l’aviation israélienne a détruit de grandes parties de la tour « al-Jawhara », située au Boulevard al-Jalaa, dans le centre de la ville de Gaza.

Les raids intensifs lancés contre cette tour, composée de 9 étages, ont provoqué également de vastes dégâts dans les installations situées à proximité.

Mardi soir, les avions de chasse israéliens ont totalement détruit la tour « Hanadi », située dans l'ouest de la ville de Gaza.

Les factions de la Résistance palestinienne, et à leur tête, les Brigades « al-Qassam » et « Saraya al-Quds », ont réagi aux attaques contre les tours d'habitation de Gaza, en ciblant la ville de Tel-Aviv par des dizaines de roquettes et de missiles, faisant des dégâts matériels et des blessés dans les rangs des Israéliens.

- Alourdir le tribut de la bataille

Des observateurs considèrent que la politique de cibler les tours a pour but d’affecter le réservoir populaire de la Résistance palestinienne et d'alourdir le tribut de la bataille, tout en la tranchant rapidement.

Cette politique israélienne n'est pas nouvelle, selon les observateurs, dès lors que les tours de Gaza ont été parmi les objectifs israéliens, au cours des précédentes guerres lancées contre la Bande de Gaza.

Le lieutenant-colonel Rafik Abou Hani, expert en Affaires militaires et stratégiques, a déclaré à AA qu’Israël se permet l’effusion du sang palestinien depuis le début de l'Occupation en 1948, sans aucune limite, le tout face à un silence international assourdissant sans précédent.

« Bombarder les tours n'est pas une question nouvelle, dans la mesure où la doctrine de l'Occupation militaire est fondée sur l'agression et le paysage des raids contre les tours d'habitation était déjà présents en 2014, dans ce qui est considéré comme étant un message pour briser la volonté du peuple palestinien à Gaza », a-t-il dit.

« L'Occupation tente d'éteindre le feu en ciblant les tours et en brisant la volonté de la Résistance à travers la pression exercée sur les civils et par l'entremise de l'affaiblissement du front intérieur, l'objectif étant d’exercer une pression sur la Résistance afin de la pousser à la capitulation », a-t-il ajouté.

« Israël tente de briser la volonté de la Résistance à travers les assassinats et la destruction », a relevé Abou Hani.

Il a, cependant, souligné que « l'Occupation ne parviendra pas à trancher cette bataille en adoptant cette méthode, dans la mesure où la Résistance s'est assignée ses objectifs dès le début, en l'occurrence l'arrêt des exactions de l'Occupation à Jérusalem ».

- Exercer une pression sur la Résistance

L'analyste politique Omar Ja’ara a estimé que « le ciblage par Israël des tours et des habitations civiles de Gaza a plusieurs desseins.

Dans une déclaration faite à AA, il a indiqué que le premier objectif consiste à exercer une pression sur la Résistance, en faisant monter contre elle la population civile et en créant une frange atteinte par l'action de Résistance et une catégorie qui lui est hostile.

Le deuxième but, a-t-il poursuivi, est celui d'alléguer que « les tours comptent des secteurs liés au soutien à la Résistance, s’agissant notamment des médias et autres activités connexes.

Le troisième objectif consiste à prétendre que les des rampes de lancement de missiles ou des camps de la Résistance sont dissimulés en bas des tours, pour justifier les bombardements bien que l'armée israélienne est profondément convaincue que cela n'est pas vrai.

Le fait qu’Israël s’oriente à frapper les objectifs civils prouve qu'il ne dispose pas d'une banque d'objectifs des bases et des installations militaires de lancement de missiles, ce qui constitue en soi une preuve irréfutable de l'échec de Tel-Aviv à faire face à la Résistance », a fait observer Ja’ara.

« Bombarder les tours, insiste l'analyste politique, est un indice qu’Israël est concerné par le cessez-le-feu mais ne souhaite pas sortir de cette bataille que dans la position du vainqueur ».

- Un crime de guerre

A son tour, le professeur de droit international, Hanna Aissa, a souligné que le bombardement des tours est un crime de guerre au sens de la quatrième Convention de Genève de l'année 1949.

« Ce qui se passe à Gaza, a-t-il indiqué, est un crime de guerre sur la base de l'article 5 du Traité de Rome et une violation flagrante des règles du droit international humanitaire (DIH), discipline créée pour protéger la population civile placée sous la tutelle de l'Occupation».

« Cibler les tours est un crime composé de quatre formes. Il s'agit d'un crime de guerre, d'un crime contre l'Humanité, d'un génocide et d'une agression », a détaillé l'académicien palestinien.

Il a tenu à préciser qu’Israël s'emploie à travers cela à faire peur et à terroriser les citoyens désarmés et à tuer le plus grand nombre de Palestiniens, ce qui illustre éloquemment sa sauvagerie.

Abondant dans le même sens, Cha’awen Jabbarin, directeur d'une ONG palestinienne basée à Ramallah en Cisjordanie occupée, a relevé que l'attaque contre les tours d'habitation est un crime de guerre qui ne peut pas être justifié, d’autant plus qu’Israel l’avait annoncé officiellement ».

« La logique de la vengeance en attaquant les habitants est un crime de guerre d’autant plus que ces immeubles sont à usage civil et connus, en termes de leur utilisation et du rôle qui est le leur », a-t-il indiqué.

« Israël pourrait justifier les bombardements et les raids par des nécessités d'ordre sécuritaire ou militaire mais cela sera une justification sans teneur », a-t-il expliqué.

« Cibler les tours à Gaza est une partie de la plainte déposée auprès de la Cour Pénale Internationale dans le cadre des crimes de guerre perpétrés lors de la guerre de 2014 », a-t-il rappelé.

Le Premier ministre palestinien, Mohammad Shtayyeh, a, au début d'une réunion d'urgence de son cabinet tenue, mercredi, indiqué que « la machine de guerre israélienne commet des crimes de guerre dans la Bande de Gaza ».

« A chaque fois que nous reconstruisons Gaza, les Israéliens détruisent la partie qui n'est pas encore démolie de la Bande », a-t-il dit.

Il a ajouté qu'il « œuvre, sur instruction du président palestinien, Mahmoud Abbas, à stopper l'agression israélienne, en prenant attache avec plusieurs parties internationales ».

Depuis lundi, les raids israéliens barbares lancés en continu contre la Bande de Gaza on fait 145 martyrs, dont 41 enfants, 5 femmes et une personne âgée, et plus de 1100 blessés, selon des sources palestiniennes officielles.

Par ailleurs, six Israéliens sont morts des suites des missiles tirés par les factions de la Résistance palestinienne, depuis l'enclave de Gaza.


* Traduit de l'arabe par Hatem Kattou

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın