Monde, Analyse

De « nouvelles idées » sont nécessaires pour résoudre le conflit chypriote

-Face à l'obstructionnisme chypriote grec, une conférence en République Turque de Chypre Nord (RTCN) se tiendra afin de trouver de nouvelles voies pour résoudre le conflit sur une île divisée

Tuğçenur Yılmaz   | 30.03.2019
De « nouvelles idées » sont nécessaires pour résoudre le conflit chypriote

Ankara

|AA/Ankara/Cécile Pani

Face aux tactiques d’obstruction chypriotes grecques, une conférence se tiendra la semaine prochaine en République Turque de Chypre Nord (RTCN). Une rencontre qui permettra d’explorer de nouvelles voies afin de résoudre les différends de longue date qui opposent les deux entités sur l'île divisée.

La résolution du différend pourrait s'avérer impossible après l'échec des négociations menées dans le cadre de la médiation des Nations unies en 2004 et 2017, et l'administration chypriote grecque pourrait considérer la partie turque comme une minorité.

L'île n'a pas de solution permanente depuis au moins 55 ans, l'ancienne Constitution accordant l'égalité de droits et de statut aux ressortissants chypriotes turcs et grecs ayant été abolie par les Grecs en 1963, trois ans après la fondation de la République de Chypre.

L'île de Chypre était sur le point de résoudre ce différend lorsque le Secrétaire général des Nations Unies, Kofi Annan, a proposé des solutions aux deux parties en 2002.

Le plan Annan, soutenu par l'ONU, visant à réunifier les communautés chypriote turque et chypriote grecque au sein d’une même république fonctionnant sur la base d'un système fédéral où les deux communautés seraient représentées, a été soumis par référendum aux deux entités mais non adopté dans la partie grecque.

Lors du référendum en 2004, le plan Annan a été approuvé par la République turque de Chypre-Nord (RTCN) à 64,91 %, mais les Grecs l'ont rejeté à 75,83 %.

En 2015, de nouveaux pourparlers de réunification, sous l'égide de l'Envoyé spécial des Nations unies pour Chypre, Espen Barth Eide, ont été lancés en vue d'un règlement permanent pour l'île méditerranéenne divisée.

Au cours des dernières années, dans le cadre d'un processus de paix qui s'est déroulé à Crans-Montana, en Suisse, en 2017, sous les auspices des pays garants, la Turquie, la Grèce et le Royaume-Uni, la dernière initiative a échoué.

Des sources diplomatiques, qui ont demandé à ne pas être nommées, ont déclaré à l'Agence Anadolu (AA) que les autorités chypriotes grecques n'accepteraient pas un nouveau modèle de partenariat fondé sur l'égalité politique des deux parties.

Les mêmes sources ont déclaré que l'intolérance de la partie grecque à l'égard de l'égalité des droits des Grecs et des Turcs a causé l'échec des deux derniers processus de négociation.

Ils ont déclaré que la Turquie et les ressortissants turcs à Chypre ne s'opposent à aucun modèle d'égalité politique, mais que les deux parties doivent se mettre d'accord sur une vision et une base communes avant toute nouvelle discussion sur le sort de l'île.

La reprise des négociations sans efforts mutuels est probablement vouée à l'échec.

Conférence internationale sur Chypre

Des modèles alternatifs pour une solution sur Chypre seront discutés à l'Université de la Méditerranée orientale du 1er au 3 avril lors d'une conférence intitulée "The Cyprus Issue : Le passé, le présent et l'avenir de Chypre" à Lefkosa, la capitale de la République turque de Chypre du Nord.

Plus de 50 universitaires et experts de divers pays et domaines de recherche discuteront de la manière dont la découverte de réserves d'hydrocarbures en Méditerranée orientale pourrait affecter la question chypriote.

Le processus de négociation, les problèmes politiques et sociaux au sein de la RTCN et la représentation des Chypriotes turcs sur la scène internationale feront également l'objet de discussions.

Les articles présentés à la conférence seront ensuite rassemblés dans un livre qui sera publié par la maison d’édition Springer, spécialisée dans les publications académiques.

La conférence discutera de l'évolution de la situation à Chypre et évaluera de nouvelles idées pour une solution, a déclaré Huseyin Gokcekus, doyen de la Faculté de génie civil de l'Université du Proche-Orient de la RTCN, à l’Agence Anadolu.

« Il est impossible de résoudre le conflit chypriote par le biais d'une fédération », a-t-il déclaré.

La conférence se concentrera sur les nouveaux modèles de solutions tels que « une île, deux états », a-t-il ajouté.

Confédération ou solution à deux États

Haluk Kabaalioglu, un universitaire turc de haut niveau, a déclaré que l'idée d'une fédération bi-zonale et bi-communale à Chypre avait été évoquée il y a longtemps.

« Chypre devrait être une confédération ou une solution à deux États, car les institutions de l'UE n'auraient aucune garantie d'assurance dans une fédération bi-zonale et communale en raison de leurs pouvoirs supranationaux », a-t-il déclaré.

« L'approbation des Chypriotes turcs est nécessaire pour tout modèle de confédération », a-t-il ajouté.

« Si la confiance mutuelle des parties est assurée ou si la Turquie devient membre à part entière de l'UE, il pourrait y avoir une transformation de confédération en fédération », a-t-il déclaré.

Chypre est divisée depuis 1974, année où un coup d'État chypriote grec a été suivi de violences contre les Turcs de l'île et de l'intervention d'Ankara comme puissance garante.

L'île a connu un processus de paix sporadique ces dernières années, y compris l'échec d'une initiative lancée en Suisse en 2017 sous les auspices des pays garants, la Turquie, la Grèce et le Royaume-Uni.

La Turquie déclare que tous futurs pourparlers sur l'île divisée de Chypre doivent être axés sur les résultats, plutôt que sur le seul fait de parler.

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın