Afrique

Un ancien "Ministre" Rwandais condamné pour génocide transféré au Sénégal

- Augustin Ngirabatware, initialement condamné à 35 ans de prison, a vu sa peine réduite à 30 ans en 2014

Ayvaz Çolakoğlu   | 22.07.2021
Un ancien "Ministre" Rwandais condamné pour génocide transféré au Sénégal

Ankara

AA/Dakar-Alex Sinhan Bogmis

L'ancien ministre rwandais Augustin Ngirabatware, condamné à 30 ans de prison pour son rôle dans le génocide de 1994 contre le groupe ethnique Tutsi, purgera le reste de sa peine au Sénégal, a annoncé mercredi un tribunal de l'ONU.

Dans un document rendu public, le juge Carmel Agius du Mécanisme des Nations Unies pour les tribunaux pénaux internationaux (MICT) a chargé le greffier du tribunal d'assurer le transfert de Ngirabatware au Sénégal pour "l'exécution de sa peine dans les meilleurs délais" suite à la conclusion d'un affaire dont il est accusé.

Le tribunal de l'ONU transfère les condamnés de son centre de détention pour purger leur peine après que ceux-ci aient épuisé leurs recours juridiques.

Même s'il est généralement préférable que les prisonniers soient incarcérés dans leur propre pays par les gouvernements, ce n'est parfois pas le cas en raison des craintes que le prisonnier puisse éviter une peine ou des conditions de détention discutables dans le pays d'origine du prisonnier.

Kigali a déjà exprimé sa frustration après que le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR), aujourd'hui disparu, a transféré des condamnés pour génocide du tribunal pour purger leur peine au Mali au lieu du Rwanda, soutenant que ses installations pénitentiaires sont conformes aux normes.

Ancien ministre de la planification pendant le génocide, Ngirabatware a été condamné en décembre 2012 pour avoir incité, aidé et encouragé des miliciens Hutu dans son district natal de Nyamyumba, dans le Nord-ouest du Rwanda, à tuer et à violer leurs voisins tutsis.

Sa peine initiale de 35 ans a été réduite à 30 ans en 2014 après l'annulation de la condamnation pour viol. La peine a par ailleurs été confirmée lors d'un examen en 2019.

Dans une autre affaire, Ngirabatware et trois autres Rwandais ont été reconnus coupables d'avoir tenté d'intimider ou de soudoyer des témoins pour faire annuler sa condamnation au cours de la procédure de révision.

Il a été condamné à deux ans à purger en même temps que sa peine de prison ferme.

L'économiste de 64 ans est le gendre de Félicien Kabuga, figure majeure accusée d'avoir financé le génocide et arrêtée à Paris en mai 2020.

La peine initiale de Ngirabatware a été prononcée par le TPIR, qui a mis fin à ses activités en 2015 et a remis son travail au MICT.​​​​​​​

Ngirabatware, qui avait fui le Rwanda en juillet 1994, aurait travaillé dans des instituts de recherche au Gabon et en France avant d'être arrêté en Allemagne en 2007 et transféré au TPIR basé à Arusha l'année suivante.

Pendant le génocide, au cours duquel près d'un million de personnes ont été tuées, les extrémistes Hutus ont pris pour cible les Tutsis minoritaires après la mort du président rwandais Juvénal Habyarimana et du Président burundais Cyprien Ntaryamira dans un accident d'avion survenu le 6 avril 1994.

Le génocide a déplacé un million de personnes à l'intérieur et a forcé deux autres millions à fuir le pays.

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın