Afrique

Tunisie : les protestataires d'el-Kamour entament un sit-in

- Les protestataires expriment leur volonté de poursuivre leur mouvement jusqu'à la satisfaction de leurs revendications.

Omar Alothmani   | 10.07.2020
Tunisie : les protestataires d'el-Kamour entament un sit-in ( Nacer Talel - Anadolu Ajansı )

Tunisia

AA / Tunis / Haïthem Mahdhi

Plusieurs Tunisiens ont entamé, jeudi, un sit-in dans la région d'el-Kamour située dans le gouvernorat de Tataouine au sud de la Tunisie, en protestation contre la non satisfaction de leurs revendications par le gouvernement.

"Nous avons franchi ce pas, suite au refus du gouvernement de mettre en oeuvre l'ensemble des clauses contenues dans l'accord d'el-Kamour", a souligné le coordinateur du mouvement Dhaoui el-Ghoul, au micro de l'Agence Anadolu (AA).

El-Kamour est une zone désertique située à environ 110 km du chef-lieu du gouvernorat et constitue un point de passage pour la plupart des véhicules appartenant aux société pétrolières.

Les protestataires ont érigé des tentes, exprimant leur intention d'y rester jusqu'à la satisfaction de leurs revendications.

Depuis une vingtaine de jours, le climat social est devenu tendu à Tataouine. Plusieurs affrontements ont eu lieu entre les forces de l'ordre et les protestataires, en l'absence de mise en oeuvre par le gouvernement de l'accord d'el-Kamour.

Ledit accord avait été conclu entre le gouvernement et les contestataires en juin 2017, afin de lever le sit-in qui avait duré plus de deux mois à l'époque, en contre partie de la satisfaction des revendications des manifestants, notamment le droit à l'emploi et au développement de la région.

Le gouvernement, avait pris une série de mesures, il y a une semaine, en faveur du gouvernorat, dont notamment, le recrutement de 500 personnes dans différents domaines, ce qui a été rejeté par les autochtones.

Les protestataires exigeaint la finalisation du recrutement des 500 personnes dans les sociétés pétrolières implantées dans la région, ainsi que le recrutement de 500 employés supplémentaires dans la société de l'environnement et du jardinage (spécialisée dans le boisement et l'embellissement des entrées des villes).

Les protestataires réclament également une enveloppe annuelle de 80 millions de dinars (32 millions de dollars) en faveur du fonds de développement de la région, selon les termes de l'accord.

Auparavant, le conseiller auprès du chef du gouvernement, Jawhar Ben Mbarek, avait déclaré à AA que "le gouvernement tient à ses engagements en matière d'emploi dans le gouvernorat, dont l'accord d'el-Kamour".

Selon le correspondant d'AA, une réunion était prévue entre Ben Mbarek et les manifestants d'el-Kamour dans le siège du gouvernorat, mais le protestataires ont refusé d'y assister.

Mercredi, l'Union régionale tunisienne du Travail à Tataouine a appelé à une grève générale dans le gouvernorat, jeudi.

Tataouine, renferme des gisements importants de pétrole, d'où la présence de sociétés nationales et étrangères exerçant dans le domaine de l'énergie.

Selon les chiffres officiels, les champs de pétrole de Tataouine participent à hauteur de 40% à la production tunisienne de pétrole et de 20% à la production de gaz naturel.

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın