Afrique

Tunisie : Kaïs Saïed change la date anniversaire de la révolution

- La révolution de 2011 qui avait déposé le régime de Ben Ali, sera désormais célébrée le 17 décembre de chaque année, au lieu du 14 janvier, a annoncé le chef de l’Etat, Kaïs Saïed, dans une allocution prononcé lors du Conseil des ministres

Adel Bin Ibrahim Bin Elhady Elthabti   | 02.12.2021
Tunisie : Kaïs Saïed change la date anniversaire de la révolution

Tunisia

AA/Tunis

Le président tunisien Kaïs Saïed a annoncé, jeudi, que l'anniversaire de la révolution tunisienne, sera désormais célébré le 17 décembre de chaque année, au lieu du 14 janvier.

C’est ce qui ressort de son allocution prononcée lors du Conseil des ministres qu’il a présidé, jeudi, au Palais de Carthage, et qui a été consacré à l'examen et à l'adoption d'une série de projets de décrets-lois et de décrets présidentiels, selon une vidéo publiée par la Présidence de la République tunisienne sur sa page officielle Facebook.

« Le 17 décembre est la date anniversaire de la révolution, et non le 14 janvier, comme cela a été annoncé après le 14 janvier 2011 », a déclaré Saïed.

En vertu du projet de décret présidentiel portant amendement du décret fixant les jours fériés donnant lieu à congé, l’anniversaire de la révolution sera célébré le 17 décembre de chaque année, précise la Présidence tunisienne dans un communiqué distinct.

Depuis 2012, la Tunisie célébrait le 14 janvier de chaque année l’anniversaire de la révolution, après que les autorités du pays ont proclamé officiellement cette date anniversaire, en mars 2011.

Le 14 janvier 2011, des centaines de milliers de tunisiens, ont manifesté dans plusieurs régions du pays, réclamant la chute du régime de Ben Ali.

L’étincelle de ces manifestations a été déclenchée lorsque le jeune homme, du nom de Mohamed Bouazizi, s’est immolé par le feu devant le siège du gouvernorat de Sidi Bouzid (centre) pour protester contre la dégradation de ses conditions de vie, le 17 décembre 2010.

« Sidi Bouzid est l’étincelle de la révolution, là où tout a commencé, mais malheureusement la ferveur révolutionnaire a été contenue (sans donner plus d’explications) durant cette période pour empêcher le peuple d'exprimer sa volonté », ajouté le locataire de Carthage.


*Traduit de l’arabe par Majdi Ismail


Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın