Sante, Économie, Afrique

Tunisie / Coronavirus : l'industrie du tourisme dans la tourmente

- La Tunisie a accueilli 9,4 millions de touristes en 2019, avec des revenus de 2 milliards de dollars

Mourad Belhaj   | 01.04.2020
Tunisie / Coronavirus : l'industrie du tourisme dans la tourmente

Tunisia

AA - Tunisie - Aida ben Salem

Les difficultés économiques guettent la Tunisie qui, comme plus de 195 pays, régions et territoires dans le monde, est confrontée à la pandémie de coronavirus (Covid-19).

L'industrie du tourisme sera l'un des principaux secteurs touchés en Tunisie, compte tenu de l’importance du secteur au niveau du continent africain, et de la multiplicité des types de tourisme que propose le pays.

Selon Mohsen Hassan, économiste et ancien ministre du Commerce, la saison touristique dans le pays est terminée, en raison de l'évolution du virus au niveau des pays consommateurs de tourisme tunisien.

"Même si nous pouvons contrôler l'épidémie au cours du premier semestre de cette année, le retour des touristes ne sera pas aussi rapide que nécessaire et des conditions doivent être créées pour le retour de l'activité du secteur", a déclaré Hassan à Anadolu.

"L'épidémie mondiale a un impact majeur sur les institutions du secteur du tourisme... car elle va exacerber les dettes accumulées du secteur pendant des années ... Ces institutions connaîtront un déclin plus grave que celui de 2015", a-t-il déclaré, faisant référence aux attentats terroristes perpétrés en Tunisie cette année là.

- Croissance négative

"Le taux de croissance sera négatif en 2020, et j'espère que la déflation ne dépassera pas la barrière de 2 à 2,5%", a souligné l'ancien ministre.

Selon les données officielles, en 2019, la Tunisie a attiré environ 9,4 millions de touristes, tandis que les revenus totaux du secteur ont atteint près de deux milliards de dollars, une devise forte, importante pour le pays.

"La baisse des revenus en devises fortes aura un impact sur les finances publiques, avec une augmentation du déficit courant et du déficit de la balance des paiements, ce qui conduira à recourir à des emprunts extérieurs", a ajouté Hassan.

Imad Al-Zarqani, expert du secteur touristique a pour sa part déclaré, que "tous les secteurs ont été touchés par cette épidémie mondiale, mais le secteur du tourisme est l'un des secteurs les plus touchés".

"Les mouvements à destination et en provenance de divers pays du monde sont bloqués, que ce soit par voie maritime ou aérienne", a déclaré Al-Zarqani à Anadolu.

Et de poursuivre : "Au cours de cette période de l'année, la plupart des agences internationales faisaient des réservations sur le marché local, mais aujourd'hui même les réservations précédentes sont devenues invalides."

Al-Zarqani a estimé que "ce que le secteur du tourisme connaît aujourd'hui aura plus de répercussions qu'en 2015, après les attentats terroristes que notre pays a connus ... Jusqu'à présent, il n'y a aucun signe indiquant la fin de cette crise et nous espérons qu'elle ne durera pas plus longtemps".

"À la lumière des données actuelles, nous ne pouvons pas nous attendre à des revenus importants pour le secteur du tourisme, et certains hôtels devront fermer jusqu'à ce qu'une amélioration se profile", a-t-il expliqué.

- Actions urgentes

Le ministre du Tourisme, Mohamed Ali Toumi, a déclaré que le gouvernement cherchait des mesures urgentes pour éviter les répercussions de la crise du coronavirus sur le secteur du tourisme.

Toumi a expliqué la semaine dernière, lors d’une intervention à la télévision, que parmi les mesures qui peuvent être prises figurent le rééchelonnement de la dette, ainsi que le report des paiements destinés aux fonds sociaux et aux échéances de prêts.

Le ministre tunisien a affirmé que, jusqu'à présent, la fin de la crise sanitaire n'est pas prévisible, soulignant que les répercussions négatives pourront être rectifiées si la crise se termine rapidement.

Toumi a expliqué que l'impact inclut non seulement le secteur du tourisme, mais également tous les autres secteurs tels que le transport maritime et aérien, les industries traditionnelles et également le secteur agricole.

Il a souligné qu'aujourd'hui, les professionnels du secteur sont tenus de préserver les emplois de leur main d’œuvre, car il n'est pas possible pour le secteur de reprendre ses activités sans main d’œuvre.

Il convient de noter que le secteur du tourisme emploie plus de 400 000 personnes et contribue à environ 7% du produit intérieur brut de la Tunisie.

Selon l'Organisation mondiale du tourisme, les réservations ont diminué de 11% dans le monde depuis le début de la crise du coronavirus, du fait également de la fermeture des aéroports, de l'annulation des vols et de la fermeture des frontières.

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın