Monde, Afrique

Sous les auspices de l’Angola, la RDC et le Rwanda conviennent d’un « cessez-le-feu »

- Désigné médiateur par l'Union africaine, le président angolais João Lourenço a annoncé un cessez-le-feu entre les deux pays à l’issue du sommet entre les présidents rwandais Paul Kagame et congolais Felix Tshisekedi, à Luanda

Majdi Ismail   | 07.07.2022
Sous les auspices de l’Angola, la RDC et le Rwanda conviennent d’un « cessez-le-feu »

Kinshasa

AA/Kinshasa/Pascal Mulegwa

Un cessez-le-feu a été décidé, mercredi, au terme d’un sommet entre le président rwandais Paul Kagame et son homologue congolais Félix Tshisekedi, dans la capitale angolaise Luanda, a annoncé le président angolais, Joao Lourenço, désigné médiateur des pourparlers entre les deux parties par l’Union africaine.

« Je suis heureux d'annoncer que nous avons fait des progrès, puisque nous avons convenu d'un cessez-le-feu, entre autres mesures », a annoncé le chef de l'Etat angolais lors d’une conférence de presse marquant la fin du sommet.

Kinshasa et Kigali sont à couteaux tirés depuis que le groupe rebelle M23 a lancé fin mars une offensive majeure dans les régions frontalières de l'est de la RDC.

La RDC accuse le Rwanda de soutenir le groupe rebelle, alors que Kigali nie et accuse à son tour Kinshasa de combattre aux côtés d'un autre groupe armé, les Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR), dont l'objectif est de renverser le pouvoir de Kigali.

Plus tôt dans la journée de ce mercredi, Félix Tshisekedi, et Paul Kagame, se sont mis d'accord lors de ce sommet sur un processus visant à « désamorcer » les tensions.

Lourenço a annoncé que les deux parties avaient également décidé de « créer un mécanisme d'observation ad hoc qui sera dirigé par un officier de l'armée angolaise ».

Il a ajouté que ce mécanisme sera en vigueur simultanément avec l'instrument existant de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs (CIRGL).

Lors de cette même conférence de presse, Félix Tshisekedi a estimé que l'atmosphère tendue entre les deux pays et peuples était « inutile », car elle constitue « un facteur de déstabilisation et ne contribue pas au développement et au bien-être des peuples respectifs ».

De son côté, Paul Kagame a jugé « satisfaisant » les résultats obtenus au sommet de Luanda, compte tenu des bases d’une entente obtenue grâce à la médiation du président João Lourenço.

Le chef de l'Etat rwandais a déclaré que l'entente de Luanda sera le principe de la normalisation des relations entre les deux nations.

La tripartite de Luanda demande la « cessation immédiate des hostilités et le retrait immédiat et sans condition du M23 de ses positions en RDC », a indiqué la Présidence congolaise dans un compte rendu officiel.

La résolution finale ordonne également le retour des réfugiés rwandais dans leur pays. Selon la même source, le texte précise que toute exploitation des ressources naturelles dans la région doit se faire dans le strict respect de la souveraineté des Etats.

Les trois parties ont convenu d’organiser d'autres pourparlers le 12 juillet à Luanda pour consolider les résolutions prises mercredi.

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın