Afrique

Soumeylou Boubèye Maïga, nommé Premier ministre du Mali

- ajout d'éléments biographiques du nouveau Premier ministre

Hafawa Rebhi   | 31.12.2017
Soumeylou Boubèye Maïga, nommé Premier ministre du Mali

Bamako

AA / Bamako / Moussa Bolly- Mohamed Ali

Au Mali, le Président de la République Ibrahim Boubacar Keïta a nommé samedi Soumeylou Boubeye Maïga au poste de Premier ministre après la démission vendredi de l’ancien Premier ministre et de l’ensemble du Gouvernement.

Soumeylou Boubeye Maïga prend ainsi la relève à Abdoulaye Idrissa Maïga qui a démissionné vendredi avec son gouvernement.

Comme son prédécesseur, Soumeylou Boubèye Maïga est un natif de Gao (nord du Mali) où il a vu le jour 8 juin 1954. Il a fait des études de journalisme au Centre d’études des sciences et techniques de l’information (CESTI) de l’Université Cheikh Anta Diop à Dakar au Sénégal. Il a également obtenu en France un Diplôme d'études supérieures spécialisées (DESS)en diplomatie et administration des organisations internationales en 1987 à l’université de Paris-Sud.

Soumeylou est aussi titulaire d’un diplôme de relations économiques internationales à l’Institut d’administration de Paris (France). Il a exercé le métier de journaliste d’abord à L’Essor, quotidien national du Mali, puis au magazine Sunjata de l’Agence malienne pour la presse et la publicité (AMAP).

Militant du Parti malien du travail, il a été l’un des principaux artisans de la chute du régime du Général Moussa Traoré en 1991. Il était ainsi entré au Cabinet du Lieutenant-colonel Amadou Toumani Touré, alors président du Comité de transition pour le salut du peuple (CTSP), en qualité de conseiller spécial d’avril 1991 à juin 1992.

Membre fondateur de l’Alliance pour la démocratie au Mali-Parti africain pour la solidarité et la justice (ADEMA/PASJ), Maïga en a été le vice-président. En juin 1992, il a été nommé Chef de Cabinet du président Alpha Oumar Konaré fraîchement élu à la magistrature suprême du pays.

En janvier 1993, Maïga a été nommé Directeur général de la Sécurité d’Etat (DGSE), les services secrets maliens. Il connaitra par la suite sa première expérience gouvernementale comme ministre des Forces armées et des Anciens Combattants.

En 2002, Soumeylou Boubèye Maïga est candidat à la candidature de l’Adéma/Pasj pour l’élection présidentielle de 2002 qui a choisi finalement Soumaïla Cissé.

En 2006, alors que l’Adéma décide de soutenir la candidature probable du président sortant Amadou Toumani Touré à l’élection présidentielle malienne de 2007, Soumeylou Boubèye Maïga annonce son souhait de briguer la magistrature suprême et fonde l’Association «Convergence 2007».

Lors de la Conférence nationale des 24 et 25 février 2007 de l’Adéma, les délégués ont voté son exclusion ainsi que celle de plusieurs de ses sympathisants comme Issa Diarra, Ibrahima Kantao, Binta Yattassaye et Oumar Ag El Méhidi.

Au premier tour de l’élection présidentielle, le 29 avril, il a été classé 6e et le président Amadou Toumani Touré a été réélu dès le premier tour.

Avec les autres candidats l’opposition de (Ibrahim Boubacar Keïta, Mamadou Bakary Sangaré, Tiébilé Dramé) regroupés au sein du Front pour la démocratie et la république (FDR), il conteste les résultats d’un scrutin «entaché de fraudes» et dépose un recours rejeté par la Cour constitutionnelle le 12 mai 2007.

Le 6 avril 2011, Soumeylou Boubèye Maïga a été nommé ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale dans le gouvernement de Cissé Mariam Kaïdama Sidibé. Il y a réussi la prouesse de mobiliser, en moins d’un an, 1800 milliards de F Cfa (environ 3 294 000 000 USD) auprès de différents Partenaires techniques et financiers (PTF) à titre d'aide pour le Mali.

Le 8 septembre 2013, Soumeylou Boubèye Maïga a été nommé ministre de la Défense et des Anciens combattants dans le gouvernement d’Oumar Tatam Ly.

Il a démissionné de ce poste le 27 mai 2014 en réaction à la défaite de l'armée malienne à Kidal, face à des groupes rebelles.

Le 9 juin 2013, Soumeylou a porté sur les fonts baptismaux son parti dénommé Alliance pour la solidarité au Mali-Convergence des forces patriotiques (Asma-Cfp). «L’Asma-Cfp est une force démocratique et de changement de notre passé de lutte et d’enformation politique.

«Notre objectif est de gagner ensemble, construire et reconstruire avec tous sans rester prisonniers de nos itinéraires respectifs, dans le respect des identités et différences assumées. Rien que le service de la nation. La renaissance nationale, l’unité et la solidarité sont au cœur de notre ambition. Notre priorité est de rassembler, réconcilier et unir autour de la fierté nationale», avait-il précisé. Lors de la présidentielle de 2013, l’Asma-CFP a soutenu la candidature d’Ibrahim Boubacar Kéita brillamment réélu au second tour en août 2013.

En août 2016, il a remplacé Mohamed Alhousseiny Touré comme Secrétaire général de la présidence de la République.
Soumeylou Boubèye Maïga est le 5e chef du gouvernement (après Oumar Tatam Ly, Moussa Mara, Modibo Kéita et Abdoulaye Idrissa Maïga) du président Ibrahim Boubacar Kéita en moins de 5 ans.

Selon des sources à la Présidence malienne, le nouveau chef de l’Exécutif dispose de 72 heures pour former sa nouvelle équipe gouvernementale.

Selon nos informations, Soumeylou Boubèye Maïga a déjà entamé des consultations pour la composition d’un nouveau gouvernement qui pourrait être installé avant mercredi 03 janvier 2018.

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın