Afrique

Somalie: peines capitales et d’emprisonnement à l’encontre de 5 soldats ougandais de la mission AMISOM

- Accusés d'avoir tué 7 civils somaliens dans la région du Bas-Shabelle, selon la presse locale

Abduljabbar Aburas   | 13.11.2021
Somalie: peines capitales et d’emprisonnement à l’encontre de 5 soldats ougandais de la mission AMISOM

Somalia

AA / Mogadiscio

Un tribunal militaire de la Mission de l'Union africaine en Somalie, AMISOM, a prononcé des peines capitales et des peines d’emprisonnement à l'encontre de 5 soldats ougandais, accusés d'avoir tué 7 civils dans la région de Bas-Shabelle, dans le sud de la Somalie.

Selon la presse locale, le tribunal a condamné, ce vendredi, 2 soldats ougandais à la peine capitale et 3 autres à 39 ans de prison, pour avoir commis les meurtres horribles de 7 civils somaliens, dans la ville méridionale de Galwein, en août dernier.

Les rapports ont indiqué que les soldats servaient dans le cadre de la Mission de l'Union africaine en Somalie, AMISOM.

Pour sa part, le porte-parole des agriculteurs de la région du Bas-Shabelle, Hussein Osman Wasugi, a déclaré aux journalistes que des proches des victimes et des agriculteurs avaient assisté au procès dans la capitale somalienne, Mogadiscio.

Un proche des victimes a déclaré à l'Agence Anadolu (AA) après le verdict : “pour nous, Somaliens, nous n'avions pas d'avocats pour nous représenter, mais nous sommes satisfaits du résultat et cela devrait être une leçon pour toutes les forces étrangères dans notre pays“, se référant à la Forces de l'Union africaine.

Le mois dernier, la Mission de l'Union africaine en Somalie, AMISOM, a reconnu que ses soldats avaient tué 7 civils, lors d'une opération contre le mouvement Al-Chabab dans la ville de Galwein, le 10 août dernier.

L’AMISOM a indiqué dans un communiqué que le meurtre des 7 civils avait été confirmé après l'ouverture d'une enquête à cet égard, suite à un communiqué du gouvernement somalien à ce propos.

Par la suite, la Somalie a demandé au représentant de la Commission de l'Union africaine, Simon Mulongo, de quitter le pays dans la semaine, après avoir été déclaré persona non grata au début du mois.

Le ministère des Affaires étrangères somalien a déclaré, dans un communiqué, que Simon Mulongo n'est plus le bienvenu en Somalie, en raison de ses activités qui ne sont pas soumises aux lois du pays.

* Traduit de l’arabe par Mounir Bennour.

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.