Afrique

RDC : Tshisekedi investit Denis Kadima à la tête de la Commission électorale

Nadia Chahed   | 23.10.2021
RDC : Tshisekedi investit Denis Kadima à la tête de la Commission électorale

Kinshasa

AA/ Kalemie/ Pascal Mulegwa

Le président congolais Félix Tshisekedi a investi, vendredi soir, l’expert Denis Kadima à la tête de la Commission électorale nationale indépendante (Céni) en dépit de l'opposition de deux des huit confessions religieuses – catholiques et protestants – des partis d'opposition et même de certains membres de l'Union sacrée, tel que Moïse Katumbi et Vital Kamerhe.

Après une semaine de suspense, Tshisekedi s'est exprimé vendredi soir félicitant le président de l'Assemblée nationale « pour avoir donné plusieurs occasions aux confessions religieuses membres de la plateforme de se retrouver afin de dégager un compromis, à défaut d'un consensus. », concernant la désignation du président de la Céni.

« j'ai décidé de signer l'ordonnance désignant les membres du nouveau bureau de la Céni. J'exhorte vivement ces derniers à œuvrer pour l'organisation d'élections libres, démocratiques et transparentes dans les délais constitutionnels », a déclaré le Président.

« Notre pays a résolument opté pour la démocratie compétitive. Celle-ci a ses règles qui veut que l'on ait des gagnants et des perdants. Nous ne pouvons pas, après avoir choisi la compétition et les règles qui y sont afférentes, nous en soustraire. Nos divergences, loin d'être des faiblesses, sont plutôt des illustrations de notre vitalité démocratique. », a-t-il souligné.

Tshisekedi a nommé au total douze des quinze membres du bureau de la Céni, en charge d'organiser les élections de fin 2023. Le chef de l'État a affirmé avoir « bon espoir » que les trois délégués de l'opposition soient rapidement désignés pour compléter le bureau.

Il a, en outre, annoncé la nomination prochaine d'un « responsable du suivi du bon déroulement du processus électoral » auprès de la présidence.

L’opposition dénonce, pour sa part, un passage en force. Reçu, mercredi, par le Secrétaire général adjoint de l'ONU, Jean-pierre Lacroix, L’opposant Martin Fayulu a évoqué « des manœuvres » de Tshisekedi, visant soit à truquer les élections en 2023, soit à retarder la tenue des scrutins.

Le Front commun pour le Congo (FCC) de l’ancien président Joseph Kabila a fait état d’un processus « biaisé » pour installer « une commission électorale au service d’un camp politique contre les autres».

L’opposition appelle à trouver un consensus sur les réformes électorales incluant la loi sur la Céni et la loi électorale.

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın