Afrique

RDC : plus de 1200 civils tués dans des violences à Beni

Nadia Chahed   | 13.01.2021
RDC : plus de 1200 civils tués dans des violences à Beni

Kinshasa


AA /Kinshasa/Pascal Mulegwa

Plus de 1200 civils ont été tués depuis fin octobre 2019 à Beni, un territoire de l’Est de la République démocratique du Congo (RDC), théâtre de massacres perpétrés par les rebelles ougandais des forces démocratiques alliés (ADF), a annoncé un mouvement de la société civile locale.

« Depuis le 30 octobre 2019, notre mouvement a comptabilisé 1206 civils tués à Beni et a noté une expansion des tueries vers le secteur de Ruwenzori et une partie de la province voisine de l’Ituri, des zones jadis calmes », a déclaré le plus important mouvement citoyen congolais, lutte pour le changement (Lucha), dans un communiqué rendu public mardi.

« Plutôt que d’arrêter les tueries et de neutraliser les assaillants, les opérations militaires ont dispersé les assaillants sur des zones assez vaste, continuant à massacrer des civils à leur passage », indique le mouvement qui note que la situation sécuritaire dans la région « est plus qu’inquiétante et appelle à des actions fortes ».

Les militants de ce mouvement regrettent dans leur déclaration que l’armée gouvernementale et les casques bleus de l’ONU déployés dans la région « n’arrivent toujours pas à mettre fin aux tueries ». L’armée brille par « des réponses tardives » face aux « alertes sécuritaires de la population, l’étouffement des initiatives locales, la concentration des opérations dans un seul axe, une forte implication dans les activités économiques », estime la Lucha.

Les massacres en cours dans cette région sont attribués aux ADF depuis octobre 2014 et auraient fait des milliers de morts dans les rangs des civils et militaires.

Les exactions des ADF, rebelles ougandais qui se sont installés dans l'est de la RDC en 1995, fuyant le nouveau régime en Ouganda, sont chroniques dans le territoire de Beni. Depuis quelques années, le recrutement de l’ADF s'est élargi à d'autres nationalités jusque dans les rangs des populations congolaises avec qui ils vivent.

Certaines attaques de ce groupe sont revendiquées par Daesh même si les Nations Unies ont récemment affirmé ne pas disposer des preuves de collaboration entre l’ADF et le mouvement terroriste.

Mardi, Daesh a revendiqué, via ses médias de propagande, une nouvelle attaque contre un camp militaire dans le territoire de Beni. Bilan : 15 soldats tués, des armes et explosifs des forces gouvernementales saisis.

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın