Afrique

RDC: le chef militaire des rebelles rwandais FDLR éliminé par l'armée

- Il a été tué avec ses lieutenants dans la nuit du mardi au mercredi au cours d’un raid de l'armée congolaise dans la chefferie de Bwito, en territoire de Rutshuru proche du Parc National des Virungas, dans l'est de la RDC

Lassaad Ben Ahmed   | 18.09.2019
RDC: le chef militaire des rebelles rwandais FDLR éliminé par l'armée

Congo, The Democratic Republic of the
AA / Kinshasa / Pascal Mulegwa

L'armée congolaise a annoncé, mercredi, avoir tué le général Sylvestre Mudacumura, chef militaire des rebelles rwandais des forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR) dans l'Est de la République démocratique du Congo (RDC) où il commandait les rebelles depuis des dizaines d'années.

Il a été tué dans la nuit du mardi au mercredi au cours d’un raid de l'armée congolaise dans la chefferie de Bwito, en territoire de Rutshuru proche du Parc National des Virungas, fief depuis plusieurs années des FDLR.

"Il a été neutralisé avec ses lieutenants par les forces armées, cet homme était à la tête de la branche radicale des FLDR . Il s’est opposé au rapatriement volontaire des combattants au Rwanda", a déclaré à Anadolu, le porte-parole de l'armée congolaise, le général- major Leon Richard Kasonga.

"Nous lui avions lancé à plusieurs reprises des appels à la reddition. Sa neutralisation est un message et un signal fort pour les autres rebelles qui hésitent à se rendre", a-t-il ajouté.

Visé par un mandat d’arrêt international de la Cour pénale internationale (CPI) depuis le 13 juillet 2012 pour des crimes de guerre commis entre janvier 2009 et septembre 2010 dans les provinces du Nord - Kivu et Sud - Kivu , Mudacumura était l'un des hommes les plus recherchés de la sous région des Grands lacs.

Il est l'un des anciens gradés des Forces armées rwandaises (FAR), impliquées dans le génocide des Tutsi au Rwanda en 1994 ( plus de 800 mille morts).

Sa mort met en difficulté les FDLR déjà affaiblies par les redditions, l'arrestation de ses commandants, scissions et la mort en avril dernier, en Allemagne, de son chef politique Ignace Murwanashyaka.

Retranchés depuis 1994 dans l’Est de la RDC après le génocide les rebelles "hutu", les rebelles se sont reconstitués sur le territoire congolais en 2000.

Depuis, ils sont accusés par l’ONU et Kinshasa de plusieurs exactions contre les populations civiles congolaises, dans plusieurs localités des provinces du Nord-Kivu et du Sud-Kivu, frontalières du Rwanda.
Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın