Afrique

RDC : Le chef de l’Agence anti-corruption placé en garde à vue

Ghislain Kikangala, un proche du président Tshisekedi, est accusé d’extorsion de fonds et d’abus de pouvoir

Fatma Bendhaou   | 19.12.2020
RDC : Le chef de l’Agence anti-corruption placé en garde à vue

Kinshasa

AA/ Kinshasa / Pascal Mulegwa

La justice de la République démocratique du Congo (RDC) a placé en détention préventive, vendredi soir, le chef de l’Agence de prévention et de lutte contre la corruption (APLC), accusé d’extorsion de fonds et d’abus de pouvoir sur un directeur de la filiale d’une banque nigériane, a-t-on appris de sources judiciaires.

Le coordonnateur de l’APLC, Ghislain Kikangala, a été placé sous mandat d'arrêt provisoire par le parquet général près la cour d’Appel de Kinshasa - Gombe pour « extorsion de fonds et arrestation arbitraire » du directeur général de la banque nigériane Access Bank, a indiqué à Anadolu une source judiciaire, sous couvert de l’anonymat.

« Maître Ghislain Kikangala, coordonnateur de l'Agence de prévention et de lutte contre la corruption APLCR a été placé en garde à vue pour besoin d’enquête », a déclaré, vendredi soir, Chouna Lomponda, porte-parole de l’APLC. « Il ne sera fait aucun commentaire afin de préserver le secret de l'instruction », a-t-elle ajouté, dans une déclaration sur Twitter.

Kikangala, un proche du président congolais Félix Tshisekedi, avait été convoqué après l'ouverture d'une enquête suite à l'interpellation puis la libération, après paiement en liquide d'une caution de 30.000 dollars, d'Amzire Okeke, dont la banque était accusée de blanchiment d'argent par un ancien employé.

Access Bank avait ensuite porté plainte, vendredi dernier, pour notamment abus de pouvoir, excès de zèle, extorsion et menace.

Des trois personnes convoquées, Ghislain Kikangala était le seul à répondre à l’invitation du parquet vendredi après- midi.

Ses deux « chargés des opérations » qui apparaissent dans une vidéo de la banque, en train de percevoir en liquide 30 000 USD durant des heures tardives, le 10 décembre dernier, n’ont pas répondu présents. « Ils ont pris fuite », selon une source judiciaire.

Une autre source proche du dossier a affirmé qu’ils ont envoyé leurs avocats au parquet « pour dire qu’ils ont été envoyés en mission dans la province du Kongo-Central », frontalière avec Kinshasa.

Créée en mars 2020 sur instruction du président Tshisekedi pour traquer la « délinquance financière » en RDC, l’APLC relève directement de la présidence de la République, qui lui avait confié la mission de « traquer délinquance financière » dans le pays.

Tshisekedi avait fait de la lutte contre la corruption l’un des principaux piliers de sa gouvernance.

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın