Afrique

RDC : la présidence annonce la fin des consultations nationales

-Le chef de l'Etat va s'adresser à la Nation, dans les prochains jours, pour lui faire part de ses décisions, a indiqué la présidence.

Nadia Chahed   | 26.11.2020
RDC :  la présidence annonce la fin des consultations nationales

Kinshasa

AA / Kinshasa / Pascal Mulegwa

La présidence de la République démocratique du Congo a annoncé mercredi soir la fin des « consultations politiques » entamées depuis le 2 novembre par le chef de l'Etat Félix Tshisekedi pour sortir de la crise née du conflit avec le camp de son prédécesseur Joseph Kabila.

« Dès ce soir nous entrons dans la phase de compilation des mémorandums déposés par les invités », a déclaré Tharcisse Kasongo Mwema, le porte-parole du président congolais. Sans donner de date précise, Il a rappelé qu’à la fin de cette phase, « le chef de l'Etat va s'adresser à la Nation pour lui faire part de ses décisions ».

Tshisekedi au pouvoir depuis janvier 2019, gouverne en coalition avec le Front commun pour le Congo (FCC) de Joseph Kabila, majoritaire au Parlement. Cette coalition dispose de la majorité des postes au sein du gouvernement en plus de la primature et du contrôle de nombreuses provinces.

Les tensions entre les deux alliés se sont amplifiées lorsque Tshisekedi a nommé, en juillet dernier, trois nouveaux juges à la Cour constitutionnelle, des nominations jugées "inconstitutionnelles" par le camp Kabila.

Au dernier jour des consultations, le FCC de Kabila a décliné l'invitation que lui a envoyée l’administration Tshisekedi. Dans une lettre au chef de l'Etat, le FCC a dit réaffirmer sa « disponibilité à dialoguer avec le président de la République » mais « dans le cadre des structures et mécanismes prévus par l'Accord de coalition majoritaire ».

Consulté en dernier, le chef du parti présidentiel, Jean - Marc Kabund, a prévenu les pro Kabila qu’ils « doivent avoir des nerfs solides » car, a-t-il dit : « Il n'y aura ni cohabitation ni coalition dans ce pays, il faut tourner la page ».

Ces consultations étaient l’occasion pour le chef de l’Etat de chercher des soutiens. Parmi les temps forts, la venue de l’ancien Vice - President Jean-Pierre Bemba et de l’ex-gouverneur du Katanga (Sud - est) Moïse Katumbi.

Les deux autres leaders de la coalition d’opposition Lamuka, Martin Fayulu et Adolphe Muzito n’y ont pas participé, critiquant l’initiative.

Le chef de l'Etat a aussi reçu de nombreux diplomates ces derniers jours (Union européenne, Belgique, France et Grande-Bretagne) en plus de l’ambassadeur des États - Unis reçu quelques jours après l’ouverture des consultations.

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın