Afrique

RDC : L’état de santé de Vital Kamerhe se dégrade

L’ancien chef de cabinet du président purge une peine de 20 ans de travaux forcés pour détournement de fonds publics

Fatma Bendhaou   | 25.11.2020
RDC : L’état de santé de Vital Kamerhe se dégrade

Kinshasa

AA / Kinshasa / Pascal Mulegwa 

L’ancien chef de cabinet du président de la République démocratique du Congo, Vital Kamerhe, est « sérieusement malade », cinq mois après sa condamnation à 20 ans de travaux forcés pour détournement de fonds publics, a indiqué mardi, le ministre congolais de la Justice, qui n’exclut pas des « soins appropriés » à l’étranger. 

Figure centrale de l’échiquier politique en RDC ces 20 dernières années, Vital Kamerhe, condamné en juin dernier et détenu depuis à la prison centrale de Makala avant d’être évacué en septembre dernier dans un hôpital de Kinshasa, est « dans une situation pas confortable », a déclaré le ministre Interimaire de la justice, Bernard Ngimbi, après avoir rencontré Kamerhe à l’hôpital. 

« Il est sérieusement malade, et ça nécessite qu'il puisse avoir des soins appropriés pour que sa situation s'améliore, sinon ça risque d'être une catastrophe », a ajouté le ministre, qui assure être descendu, en personne « pour vérifier l’information », après avoir été saisi par le directeur de la prison. 

Il a annoncé que le gouvernement « va devoir étudier avec les services de santé et dans la mesure du possible, quel choix faire par rapport à un établissement sanitaire qui doit le prendre suffisamment en charge ». 

Si nécessaire, a-t-il poursuivi, « peut-être décider de le faire évacuer ». 

Kamerhe est « placé sous appareils respiratoires » depuis le week-end dernier, a affirmé à Anadolu, son assistant, Michel Moto. 

Principal allié du président Félix Tshisekedi lors des élections du 30 décembre 2018, Kamerhe avait été condamné pour le détournement d’environ 60 millions USD alloués à l’achat et l’installation des maisons préfabriquées, dans le cadre du programme d’urgence du président, au pouvoir depuis janvier 2019. 

Le parti de Kamerhe, l’Union pour la nation Congolaise (UNC) crie à l’acharnement et demande non seulement l’acquittement de son leader mais aussi son évacuation médicale à l’étranger.

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın