Afrique

RDC; Bruno Tshibala, un fidèle de Tshisekedi aux commandes (Portrait)

Bruno Tshibala Nzenze a été nommé vendredi soir nouveau premier ministre en RDC, il devra diriger un a diriger un gouvernement de cohésion nationale jusqu'aux prochaines élections prévues à la fin de de l'année 2017.

Nadia Chahed   | 08.04.2017
RDC; Bruno Tshibala, un fidèle de Tshisekedi aux commandes (Portrait)  ( Ihsaan Haffejee - Anadolu Ajansı )

Congo, The Democratic Republic of the


AA/Kinshasa/Pascal Mulegwa


Lorsque le président congolais Joseph Kabila annonçait, mercredi, qu’il allait « impérativement » nommer un nouveau premier ministre dans les quarante-huit heures, personne n'avait pensé à Bruno Tshibala Nzenze pour occuper ce poste.

Inscrit dans les rangs de l'opposition depuis la genèse de sa carrière politique en 1980, Bruno Tshibala Nzenze, ne faisait, en effet, pas de remous, ni parler de lui.

Il n'a toutefois, jamais cessé de rêver la démocratie et le progrès social aux côtés de l'opposant historique, Etienne Tshisekedi, décédé le 1er février dernier en Belgique.

Compagnon de lutte d’Etienne Tshisekedi, Il a occupé plusieurs fonctions au sein de l’UDPS, dont il fût, notamment, porte-parole et secrétaire général-adjoint.

Sa fidélité à Tshisekedi a grandement joué à la faveur de sa nomination, vendredi soir, nouveau premier ministre de la RDC. "Sa nomination comme premier ministre est surtout une récompense à sa constance et sa fidélité à l’UDPS et à Etienne Tshisekedi de 1980 à 2017", a déclaré le ministre congolais de la Communication, Lambert Mende, lors de l'annonce de la nomination de Tshibala.

Né le 20 février 1956, Tshibala a amorcé sa carrière politique alors qu’il était encore étudiant à la faculté de droit.

Licencié en droit public de l'université Marien Ngouabi (Brazzaville) depuis 1989, l’actuel locataire de la primature congolaise attendra 15 ans avant de combiner sa carrière politique à celle de juriste de formation. En Avril 2004, il sera reconnu avocat au barreau de Bandundu dans l’Ouest du pays.

Bien avant d’achever ses études universitaires, Tshibala a été le tout premier ambassadeur itinérant de l'UDPS et membre effectif du premier directoire provisoire national du parti mis en place en septembre 1982. Il deviendra, ensuite, inspecteur du ministère du portefeuille et expert détaché auprès du programme des Nations unies pour le développement (PNUD) de (1985-1986).

Alors que le régime de Mobutu était fragilisé par les pressions externes et l’opposant Etienne Tshisekedi, Bruno Tshibala devient membre de la commission préparatoire de la Conférence nationale souveraine (CNS) en 1992 où il dirigera la sous commission des biens "zairianisés", privatisés et radicalisés de la grande commission des biens mal acquis.

En Octobre 2016, Tshibala sera appréhendé à l’aéroport de Kinshasa en partance pour une mission officielle du parti en Belgique. Accusé par le parquet général de la RDC d'avoit été l’un des auteurs intellectuels des manifestations anti-kabila les 19 et 20 septembre dernier,il sera arrêté par les forces de l'ordre et ce n'est qu'un mois plus tard qu'il sera libéré.

Au lendemain de la mort de Tshisekedi, Tshibala sera exclu et viré du parti, le 4 mars dernier, pour s’être opposé au nouveau leadership de la plateforme et avoir "rejoint la fronde menée par Joseph Olengankoy autoproclamé successeur de Tshisekedi au sein de la plateforme".

Bruno Tshibala fait, en effet, partie de ceux qui ont contesté la nomination de Félix Tshisekedi et Pierre Lumbi respectivement président et président du conseil des sages de la plateforme d'opposition, Rassemblement des Forces acquises au changement.

Bruno Tshibala devra diriger un gouvernement de cohésion nationale chargé de conduire le pays jusqu'aux prochaines élections prévues à la fin de de l'année 2017, selon l’accord du 31 décembre dernier.

Sa nomination est conçue par l’opposition comme un désordre qui accentue la crise politique dans le pays. Le Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement attendait, en effet, la nomination de Félix Tshisekedi (actuel président de la plateforme) à ce poste, en conformité avec la lettre laissée par son père Etienne Tshisekedi avant son dernier voyage en Belgique.


Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın