Culture et Arts, Afrique

RDC : arrestation de la chanteuse Tshala Muana

- Pour avoir critiqué Tshisekedi, sans le nommer, dans une chanson à paraître, intitulée « Ingratitude ».

Lassaad Ben Ahmed   | 16.11.2020
RDC : arrestation de la chanteuse Tshala Muana

Congo, The Democratic Republic of the

AA / Kinshasa / Pascal Mulegwa

Le service congolais des renseignements a interpelé, lundi à Kinshasa, la célèbre chanteuse Tshala Muana, auteure d’une chanson dans laquelle, elle aurait prétendument dénoncé le président Felix Tshisekedi.

« Ingrat, tu n’iras pas loin », « tu m’as déçu », « la trahison n’est pas bonne » ... dans cette chanson de deux minutes et vingt secondes, la célèbre chanteuse réputée comme proche du camp de l’ancien président congolais, Joseph Kabila, qualifie un élève « d’ingrat » guidé par « un mauvais esprit ».

Certains passages critiques de sa chanson ont été fortement relayés dans les réseaux sociaux. La chanteuse a été interpellée lundi vers 10 heures (GMT) à son domicile « comme une criminelle » par les agents de l’Agence nationale des renseignements (ANR) relevant de la présidence congolaise, a déclaré à Anadolu, son manager, Claude Mashala, un cacique du camp Kabila.

Cette chanson sortie la semaine dernière, rappelle le bras de fer entre Joseph Kabila et Félix Tshisekedi qui avait conclu un accord avant la proclamation des résultats controversés de la présidentielle du 30 décembre 2018.

L’existence de ce deal a été confirmée, fin octobre, par Kabila devant les élus membres de sa coalition le Front commun pour le Congo (FCC).

Dans sa chanson, l’artiste ne mentionne ni le nom de Kabila ni celui de Tshisekedi, mais fait allusion à un élève « ingrat » qui se retourne contre son maître malgré le fait que ce dernier l’a aidé à passer en classe supérieure sans réussir aux « examens » ni à la « compétition »

Des groupes de défense des droits de l’homme comme le Mouvement citoyen Lutte pour le changement (LUCHA) ont demandé la « libération immédiate » de Tshala Muana, la soixantaine.

Jean - Claude Katende, président de l’Association congolaise pour la Défense des droits de l’homme (ASADHO) a fulminé contre d’une arrestation qui « n'est ni en l'honneur du président ni à celui de l'Etat de droit ».

Après son interpellation, la commission nationale de censure des chansons et spectacles a dans une décision rendue publique, demandé aux médias de ne pas diffuser la chanson « Ingratitude » de Tshala Muana dont le comportement est passible d’une peine de « 1 à 6 mois de servitude pénale ou d’une amende trans » .

Un dossier judiciaire a été ouvert devant cet organe relevant d’un parquet. La commission reproche à l’artiste d’avoir mis sur le marché une chanson qui n'est pas passée préalablement par elle.

Auprès d’Anadalu, le manager de l’artiste a indiqué que la chanson n’avait pas encore été rendue publique et qu’elle était encore en traitement.

Connue pour ses chansons et sa danse folklorique qui inspire la tradition Luba dans la région du Kasaï(centre), Tshala Muana est également membre du parti de Joseph Kabila (PPRD) pour qui, elle a sorti plusieurs chansons de propagande.

Dans un communiqué, les « militants permanents » du PPRD ont exigé la libération « immédiate et sans conditions » de Tshala Muana.

A défaut, ont - ils lancé, l’opinion devrait « acter la dérive dictatoriale qui s’instaure » sous Tshisekedi « pour imposer le silence à ceux qui pensent le contraire ».

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın