Afrique

RDC : 1,6 million de déplacés à cause des violences en Ituri

Dans cette province frontalière avec l’Ouganda, des tueries sont perpétrées depuis 2017, attribuées à des miliciens de la Coopérative pour le développement du Congo (Codeco).

Lassaad Ben Ahmed   | 27.07.2020
RDC : 1,6 million de déplacés à cause des violences en Ituri

Congo, The Democratic Republic of the

AA / Kinshasa / Pascal Mulegwa

Le fonds de Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) a annoncé, lundi, que quelque 1,6 million de personnes ayant fui les violences dans les territoires de Djugu, Mahagi et Irumu dans le nord-est de la République démocratique du Congo (RDC) sont campés dans des sites d’accueil ou sont accueillis dans des familles à Bunia, chef-lieu de la province de l’Ituri qui sombre dans la violence depuis 2017.

« La majorité sont des femmes et des enfants ; sont actuellement déplacés en Ituri et ont trouvé refuge dans des communautés d'accueil et des sites de déplacement déjà surpeuplés à Bunia et dans les environs », a déclaré dans un communiqué, l’agence onusienne, qui affirme avoir fourni une « aide vitale » à 100.000 enfants et à leurs familles dans cette province.

La situation des enfants est particulièrement préoccupante, estime l’UNICEF, qui dit avoir collecté 151 allégations de « graves violations des droits de l'enfant, telles que viols, meurtres et mutilations, attaques d'écoles et de centres de santé ont été enregistrées depuis mai jusqu’à juin 2020 ».

« De nombreux élèves n'auront peut-être pas de lieu d'étude à la rentrée scolaire la semaine prochaine, car 165 d'entre elles ont été détruites depuis janvier 2020», ajoute - t-elle.

L’UNICEF, un des acteurs humanitaires, présents dans la région, avait lancé un appel pour la mobilisation de quelques 262 millions de dollars pour l'Action humanitaire en faveur des enfants en RDC.

Au 15 juillet 2020, indique l’UNICEF, seuls 26,6 millions de dollars avaient été reçus et 68,6 millions de dollars avaient été reportés de l'année précédente, « ce qui laisse un déficit de financement de 218 millions de dollars (64%) ».

Dans cette province frontalière avec l’Ouganda, des tueries sont perpétrées depuis 2017, attribuées à des miliciens de la Coopérative pour le développement du Congo (Codeco).

Ce groupe armé prétend défendre les intérêts des communautés de l'Ituri (les Lendu, agriculteurs) face notamment aux Hémas (éleveurs et commerçants).

Dans son dernier rapport, le secrétaire général de l’ONU, a indiqué qu’entre le 1er octobre 2019 et le 31 mai 2020, « au moins 530 civils ont été tués par des groupes armés en Ituri, dont 375 depuis le pic des violences en mars ».

Au pouvoir depuis janvier 2019, le président Félix tshisekedi a dépêché en juin dernier, des anciens chefs miliciens en Ituri pour négocier une reddition des combattants de ce groupe armé et tant d’autres.

L’épicentre de la violence est Djugu, un territoire à la sortie du chef - lieu Bunia.

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın