Afrique

Niger : nouvelles nominations à la tête de l’armée

- Dont le chef d'état-major des armées, l'état-major de l'armée de terre et le secrétaire général du ministère de la Défense.

Lassaad Ben Ahmed   | 13.01.2020
Niger : nouvelles nominations à la tête de l’armée

Niger

AA/Niamey/Illa Kané

Le gouvernement nigérien a procédé, lundi, à la nomination de nouveaux responsables à la tête de l’armée, au lendemain d’une sanglante attaque ayant coûté la vie à au moins 89 militaires, à Chinagodar près de la frontière malienne.

«Le général de brigade Didilli Almadou est nommé secrétaire général du ministère de la Défense nationale, le général de division Salifou Modi est nommé chef d’état-major des armées, le général de brigade Seidou Bagué est nommé chef d’état-major de l’armée de terre, le général de brigade Sidikou Issa est nommé inspecteur des armées », a indiqué un communiqué publié par le gouvernement à l’issue d’un conseil des ministres extraordinaire présidé, lundi, par le chef de l'Etat Issoufou Mahamadou, peu avant son départ pour le sommet de Pau sur le G 5 Sahel.

Les nouvelles nominations à la tête de l’armée nigérienne interviennent quelques jours après la sanglante attaque, jeudi dernier, contre le camp militaire de Chinagodar, dans l’ouest du Niger, près de la frontière malienne.

Dans un communiqué lu par son porte-parole Abdourahaman Zakaria, le gouvernement nigérien a fourni dimanche soir un nouveau bilan de cette attaque, faisant état de 89 militaires tués et de 77 terroristes neutralisés.

Un deuil national de soixante-douze (72) heures a été décrété à partir de ce lundi. C’est la troisième attaque sanglante menée contre les formes de sécurité nigériennes en un mois dans la même région. Le 10 décembre dernier, le camp militaire d’Inatès, situé près de la frontière malienne, a été attaqué par des hommes armés.

Selon un bilan fourni par le ministère de la Défense nationale, 71 militaires nigériens ont été tués. Le 25 décembre, un convoi d’éléments de la gendarmerie nationale et de la garde nationale du Niger escortant des équipes chargées de l’enrôlement électoral est tombé dans une embuscade dans la localité de Sanam, près de la frontière malienne.

Sept gendarmes et sept gardes ont été tués dans cette attaque, selon un bilan du ministère de l’Intérieur.

La région de Tillabéry, frontalière avec le Mali et le Burkina Faso est, depuis 2017, en proie à des attaques récurrentes attribuées à des groupes faisant allégeance à Daech, sévissant dans la région du Sahel.

Face à la succession de ces attaques terroristes, de nombreuses voix s’élèvent au sein de l’opinion nigérienne pour dénoncer la présence des bases militaires étrangères, dont celles françaises, et demander un changement au sein du commandement militaire.

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın