Afrique

Niger : Deux militaires tués près de la frontière libyenne

- L'accrochage avec les terroristes a eu lieu non loin du site de "l'Arbre du ténéré" dans le nord.

Lassaad Ben Ahmed   | 11.06.2018
Niger : Deux militaires tués près de la frontière libyenne

Niger

AA / Niamey / Kané Illa

Au moins deux militaires nigériens ont été tués, dans une attaque près de la frontière libyenne, ont rapporté des médias basés à Agadez, principale ville du Nord du Niger.

«Deux militaires nigériens tués, plusieurs autres blessés et un véhicule détruit. C’est le triste bilan d’un accrochage entre un groupe d’hommes armés non identifié et un convoi des forces de défense du Niger en mission dans le désert», a rapporté, dimanche, la radio privée «Sahara FM».

L’accrochage a eu lieu le 8 juin dernier, non loin du site de "l’Arbre du Ténéré" (nord), a précisé le journal «Aïr Infos», citant une source sécuritaire.

Le même média affirme que l’enterrement de deux militaires tués s’est déroulé samedi à Dirkou, ville abritant l’une des plus importantes casernes militaires nigériennes sur la frontière avec la Libye.

Les autorités nigériennes n’ont fait aucune déclaration par rapport à l’attaque.

La partie nigérienne frontalière avec la Libye est devenue, depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011, un terrain de prédilection de plusieurs groupes organisés.

On y retrouve des groupes terroristes comme le "Mouvement uni pour le Jihad en Afrique de l’Ouest" (MUJAO) et "Al-Qaida au Maghreb islamique" (AQMI), ainsi que des trafiquants de drogue et des migrants africains voulant se rendre en Europe.

Les premières attaques terroristes enregistrées dans cette zone du Niger ont été perpétrées le 23 mai 2013 contre la caserne militaire d’Agadez et les installations de la société française Areva dans la ville minière d’Arlit.

Les deux attaques, revendiquées par le Mujao, un groupe relevant d'Al-Qaïda au Maghreb, ont coûté la vie à au moins 23 militaires nigériens et un autre camerounais venu en formation à Agadez, selon un bilan officiel.

Situé au cœur du Sahel, le Niger est en proie, depuis 2012, à plusieurs attaques sur ses frontières avec le Burkina Faso et le Mali à l’Ouest, avec l’Algérie et la Libye au Nord et avec le Nigeria au Sud.

Il participe à plusieurs opérations militaires communes avec les différents pays pour faire face aux différentes menaces.

Il s’agit, entre autres, de la force mixte des pays du Liptako-Gourma, avec le Burkina Faso et le Mali, de la force multinationale du «G5 Sahel», avec le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie et le Tchad, ainsi que de la force multinationale des pays du Bassin du Lac Tchad, chargée de lutter contre le groupe terroriste Boko Haram.

Cette force est constituée des armées du Cameroun, du Niger, du Nigeria et du Tchad.

En outre, le Niger abrite plusieurs bases militaires étrangères censées l’aider dans la lutte contre les différents groupes terroristes qui écument les parties de son territoire. Il s’agit des bases militaires françaises, américaines et allemandes.

Deux de ces bases sont situées dans la partie Nord du pays, dont celle française de Madama près de la frontière libyenne et celle des Etats-Unis, basée dans la ville d’Agadez.

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın