Afrique

Manifestations au Soudan: Suspension des cours à Khartoum

- Les manifestations ont viré à l’affrontement avec la police et plusieurs établissements publics et sièges du parti au pouvoir ont été incendiés.

Adel Abdelrheem Humaida Elfadol,Hafawa Rebhi   | 21.12.2018
Manifestations au Soudan: Suspension des cours à Khartoum

Sudan

AA / Khartoum

Les autorités soudanaises ont annoncé vendredi la suspension jusqu'à nouvel ordre des cours dans tous les établissements scolaires et universitaires à Khartoum.

"Le ministère de l'Education a décidé de suspendre les cours à tous les niveaux dans les écoles publiques, privées et étrangères, y compris les jardins d'enfants, pour une durée indéterminée", a annoncé la chaîne officielle soudanaise.

"La suspension prendra effet à partir de dimanche jusqu'à nouvel ordre", a-t-elle ajouté.

Jeudi soir, l'Université publique de Sennar a suspendu les cours dans ses établissements dans la ville (sud-est), "pour épargner les étudiants dans les circonstances actuelles", a rapporté l'agence de presse soudanaise "SUNA".

La suspension des cours intervient à un moment où plusieurs villes du pays sont secouées, depuis mercredi soir, par des manifestations contre la détérioration des conditions de vie et la hausse des prix.

Les manifestations ont viré à l’affrontement avec la police dans plusieurs villes et des établissements publics et des sièges du parti au pouvoir, le Congrès national, ont été incendiés.

Jeudi, les autorités soudanaises ont annoncé un bilan de 8 morts lors des manifestations.

Les forces de sécurité ont également imposé l'état d'urgence dans les villes de Dongola (nord) et d’al-Qadarif, ainsi que dans la ville d'Atbara (nord).

Les manifestations de jeudi dans la capitale, Khartoum, se sont étendues au centre ville, et la police a tiré des gaz lacrymogènes pour empêcher les manifestants de s'avancer dans les rues menant au palais présidentiel, a appris Anadolu de témoins oculaires.

Plusieurs municipalités du nord du pays ont également rejoint les manifestations contre la hausse des prix et les mauvaises conditions économiques et sociales.

Le gouvernement a souligné à l'aube vendredi qu'il "ne tolérerait pas les actes de vandalisme et qu'il n'hésiterait pas à mettre fin au chaos".

Le Soudan souffre d’une pénurie du pain, du carburant et du gaz, due, entre autres, à la dépréciation de sa monnaie.

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın