Afrique

Mali : Les forces vives de Bandiagara entament une "désobéissance civile"

- Pour protester contre l'insécurité grandissante dans la région

Fatma Bendhaou   | 06.12.2021
Mali : Les forces vives de Bandiagara entament une "désobéissance civile"

Mali


AA/Bamako/Amarana Maiga

Les forces vives de la région Bandiagara composées des élus, des leaders communautaires et de la société civile ont entamé, lundi, une "désobéissance civile" en fermant les services étatiques et les structures de l'éducation sur toute l'étendue, jusqu'à nouvel ordre, a appris l'Agence Anadolu auprès de sources concordantes.

« Seuls les centres hospitaliers, le transport et les commerces sont restés ouverts » a indiqué N'Dindé Ongoïba, président du Conseil du Cercle de Bandiagara.

Les forces vives de la région entendent protester contre l'insécurité grandissante à Bandiagara, précisent les organisateurs.
Cette décision fait suite à l'attaque terroriste contre les forains de Songho, survenue vendredi dernier, ayant fait 31 morts et 17 blessés, dont une majorité de femmes et d'enfants en partance à la foire hebdomadaire de Bandiagara.
Dans un communiqué publié dimanche, les organisateurs ont déclaré que « vu les différentes rencontres tenues et les missions effectuées auprès des plus hautes autorités du Mali, pour demander la sécurisation des personnes et de leurs biens, nous sommes au regret de vous annoncer qu'à partir de lundi 6 décembre courant jusqu'à nouvel ordre nous entrons en désobéissance civile ».
« Ce matin, les élus, les membres de la société et des jeunes ont procédé à la fermeture des services sans violence. Et cela malgré la présentation des excuses du Commandant de la zone et la tentative de rencontre que le gouverneur voulait organiser avec les légitimités traditionnelles afin de trouver une issue favorable », a affirmé N'Dindé Ongoïba.
« Le commandant de la zone explique avoir tous les moyens nécessaires, des véhicules blindés et des avions pour garantir la sécurité. Cependant, il serait confronté à un manque de ressources humaines. Toutefois, il s'est engagé à combler ce vide et à ramener la sécurité dans la zone », poursuit Ongoïba.
Les forces vives de la région ont, quand même, maintenu leur décision de ''désobéissance civile'' jusqu'à nouvel ordre, a-t-il ajouté.
Vendredi, des hommes armés ont intercepté un car transportant des forains de Songho se rendant à la foire hebdomadaire de Bandiagara et ont ouvert le feu sur les passagers tuant 31 civils et blessant 17 autres.
Samedi, les habitants de Songho ont refusé les deux tonnes de céréales et 200 000 francs CFA (environ 344 dollars) fournis par le gouverneur de la région de Bandiagara.

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın