Afrique

Mali : le Gatia dénonce le silence des autorités face aux massacres de civils

- De violents combats ont opposés le GATIA et le MSA à un groupe ''terroriste'' dans la région de Menaka depuis le 8 mars courant

Ekip   | 13.03.2022
Mali : le Gatia dénonce le silence des autorités face aux massacres de civils

Mali


AA / Bamako / Amarana Maiga

Le Secrétaire général du Groupe d'autodéfense touareg Imghad et alliés (Gatia), Fahad Ag Almahmoud, a dénoncé, dimanche, le silence des autorités de la Transition du Mali face à la tuerie des populations civiles dans les localités de Tamalate, Inchinananeet et Andéramboukane, lors de combats qui opposent le Gatia et le Mouvement pour le Salut de l'Azawad (MSA) à un groupe terroriste affilié à Daech dans la région de Ménaka dans le nord du pays.

« Jusqu'à cet instant, le Gouvernement de Transition n'a même pas réagi aux massacres des populations civiles de Tamalate, Inchinanane et Andéramboukane. C'est déplorable ce silence assourdissant », a déclaré Fahad Ag Almahmoud, souligant que « c'est étonnant qu'une partie du territoire qui a été volontairement abandonné par l'Etat suite à des menaces soit attaqué depuis une semaine par les ''terroristes'' et il n'y a même pas un moindre communiqué de l'Etat ».

Fahad regrette qu'« une forme d'assistance ne soit apportée aux populations civiles de ces localités par les autorités de la transition du Mali dont plusieurs d'entre elles ont été massacrées par des hommes sans foi ni loi ».

Il indique, en outre, que « des combats ont opposé très tôt ce matin du 13 Mars 2022 les éléments de la coalition MSA-GATIA aux terroristes de DAECH/EIGS à Etanbaw zone située à l'Est de Tamalate sur la ligne frontalière du côté Nigérien ».

Selon lui, « les terroristes ont été défaits et se sont repliés sur le territoire nigérien abandonnant plusieurs corps et du matériel roulant » tout en rappelant qu'« un groupe de cette nébuleuse est entré samedi à Andéramboukane où ils ont détruit les antennes téléphoniques et ont ensuite saccagé le marché ainsi que du carburant et des vivres avant de sortir de la ville ».

Toutefois, le secrétaire général du Groupe d'Autodéfense touareg Imghad et alliés (GATIA) affirme que le ratissage continuera sur toute la zone.

Ces affrontements ont débuté depuis le 8 mars courant, entre, d'un côté, la coalition formée par le Mouvement pour le salut de l'Azawad (MSA) et le Groupe d'autodéfense touareg Imghad et alliés (GATIA), et, d'un autre côté, un groupe terroriste affilié à Daech dans la région de Ménaka au nord du Mali, à la suite de l’assassinat de Oumar Ag Mohamed un officier du Mouvement pour le Salut de l’Azawad (MSA) par des individus armés non identifiés sur des motos dans la localité de Tamalat à la Frontière avec le Niger.

Le Mouvement après avoir présenté ses condoléances attristées à la famille du défunt avait assuré que tout sera fait pour que les auteurs de ce crime crapuleux répondent de leur acte.

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın