Afrique

Libye: la milice de Haftar se retire des environs du tribunal de Sabha

- Après deux jours, selon une source sécuritaire, à un moment où l'avocat de Saïf al-Islam Kadhafi est arrivé au tribunal pour l’examen de la décision de son exclusion des élections présidentielles

1 23   | 30.11.2021
Libye: la milice de Haftar se retire des environs du tribunal de Sabha

Libyan

AA / Tripoli

Les forces armées, affiliées à la milice de Khalifa Haftar, se sont retirées des abords du tribunal de Sabha, dans le sud de la Libye, ce mardi, et ce, après un siège de deux jours qui a retardé l'examen d'un recours déposé par Saïf al-Islam Kadhafi, contre la décision de son exclusion de l’élection présidentielle, selon une source sécuritaire.

Les forces de Haftar ont encerclé le siège du tribunal, ce qui a empêché la tenue d'une audition pour statuer sur le recours électoral déposé par l'avocat de Kadhafi, pour le deuxième jour consécutif.

Une source au sein de la Direction de la sécurité nationale à Sebha a déclaré, sous couvert d’anonymat à l'Agence Anadolu, que "les milices de Haftar se sont retirées des environs du tribunal de Sebha".

Elle a expliqué que le retrait intervient après les manifestations qui ont eu lieu dans les environs du tribunal, dans la journée du lundi, pour condamner les actions de la milice de Haftar, et soutenir Saïf al-Islam Kadhafi.

Le correspondant de l’Agence Anadolu a indiqué que la milice de Haftar s'était retirée après avoir retardé (de deux jours) l'examen d'un recours déposé par Saïf al-Islam au tribunal, contre la décision d’exclusion de sa candidature, dans les élections prévues le 24 décembre prochain.

Les raisons du retrait des forces de Haftar demeurent toujours floues, mais la mission de l'ONU en Libye a exprimé, lundi, son inquiétude face au siège du tribunal, et s'est engagée à imposer des sanctions du Conseil de sécurité de l'ONU contre "ceux qui entravent la justice et le système électoral".

Entretemps, la presse locale, dont les sites Internet "Libya Al-Ahrar" et "Panorama", ont rapporté que l'avocat de Saïf al-Islam était arrivé au tribunal après le retrait de la milice de Haftar de ses environs.

Et d’ajouter que le tribunal a remplacé 2 des 3 juges (dont les noms n'ont pas été mentionnés) qui devaient examiner le recours de Saïf al-Islam pour des raisons de sécurité, sans fournir de plus amples détails, jusqu'au l’heure, sur la date de l’audition qui doit se tenir pour examiner le dossier.

Les observateurs estiment que le retour de Saïf al-Islam sur le devant de la scène, constitue une menace pour le candidat Khalifa Haftar, dont la cote de popularité dépend des partisans de l'ancien régime.

La commission électorale libyenne a annoncé, mercredi dernier, une "liste primaire" de 73 candidats à l'élection présidentielle, en plus d'une autre qui réunit 25 candidats exclus, parmi lesquels figure Saïf al-Islam.

Saïf al-Islam revient sur le devant de la scène politique en Libye, près de 10 ans après l'assassinat de son père, Mouammar Kadhafi, aux mains de manifestants, lors de la révolution du 17 février 2011, qui a mis fin à son régime (1969-2011).

Les Libyens espèrent que les élections contribueront à mettre fin au conflit armé qui sévit dans ce pays riche en pétrole. Avec le soutien de pays arabes et occidentaux, de mercenaires et de combattants étrangers, la milice de Haftar a combattu pendant des années l'ancien gouvernement d'entente nationale reconnu par la communauté internationale.

*Traduit de l'arabe par Mounir Bennour.

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.